Une colonne de feu (Les piliers de la Terre, tome 3) – Ken Follett

   

Synopsis: 

Noël 1558, le jeune Ned Willard rentre à Kingsbridge : le monde qu’il connaissait va changer à tout jamais… Les pierres patinées de la cathédrale dominent une ville déchirée par la haine religieuse et Ned se retrouve dans le camp adverse de celle qu’il voulait épouser, Margery Fitzgerald. L’accession d’Élisabeth Ire au trône met le feu à toute l’Europe. Les complots pour destituer la jeune souveraine se multiplient, notamment en France ou la séduisante Marie Stuart – considérée comme l’héritière légitime du royaume anglais et issue de la redoutable famille française de Guise – attend son heure. Pour déjouer ces machinations, Élisabeth constitue les premiers services secrets du pays et Ned devient l’un des espions de la reine. À Paris, il fait la connaissance de la libraire protestante Sylvie Palot dont le courage ne le laisse pas indifférent… Dans ce demi-siècle agité par le fanatisme qui répand la violence depuis Séville jusqu’à Genève, les pires ennemis ne sont cependant pas les religions rivales. La véritable bataille oppose les adeptes de la tolérance aux tyrans décidés à imposer leurs idées à tous les autres – à n’importe quel prix.

image9 bis

Mon avis: 

Ayé, après des semaines d’attente, il est enfin lu! Pour la petite histoire, je suis une énorme fan des fresques historiques de Ken Follett (mes préférés étant La marque de Windfield et Un monde sans fin), alors que j’accroche moins à ses romans d’espionnage. Je dois dire que jusqu’au mois d’août, je n’étais même pas au courant de la sortie de celui-ci! c’est sur un groupe facebook de la maison d’édition que je l’ai vu passer et j’étais obligée de postuler. Quand j’ai su que j’allais le recevoir, je l’ai attendu avidement pendant.. ben des semaines en fait :’) mais il n’est pas arrivé avant la sortie officielle, et même un peu après puisque je l’ai vu en gare de Dijon lundi dernier et qu’il n’est arrivé chez moi que samedi, soit deux jours après la plupart des autres blogueuses qui l’ont reçu… (j’étais au top du top de la frustration à ce moment-là, j’ai même rêvé de son arrivée avant de l’avoir xD). Bref, à peine reçu, aussitôt démarré, et comme d’habitude, c’est excellent! 

Pour ceux qui se poseraient la question, pas besoin d’avoir lu les deux premiers, puisque l’intrigue se déroule 200 ans après Un monde sans fin (qui se déroulait déjà 200 ans après Les piliers). Le premier se concentrait sur la construction de la cathédrale de Kingsbridge, le second sur sa réfection en période de peste noire, et ce troisième opus s’éloigne finalement de la cathédrale proprement dite pour ne conserver que le lieu (la ville de KIngsbridge) comme point de départ de l’histoire, cette fois plus globale et ancrée dans son époque de façon plus étendue puisqu’on quitte véritablement Kingsbridge pour découvrir les dessous des conflits protestants / catholiques en France et en Angleterre à l’époque élizabéthaine.

Comme dans la plupart de ses romans, il y a beaucoup de personnages et l’ensemble est très riche et dense en informations historiques, c’est un livre avec lequel il faut prendre son temps et qui se savoure. On sent encore une fois l‘immense travail de recherche derrière (d’ailleurs, l’auteur s’entoure de spécialistes et ça se sent), la capacité de Ken Follett de mêler des réalités historiques (massacre de la Saint Barthélémy, Marie Stuart, Guy Fawkes…) avec ses personnages fictifs est proprement incroyable et je suis vraiment en admiration totale sur ce qu’il a encore réussi à écrire. Nous sommes ici plongés dans une époque fascinante (les décennies qui ont suivi l’avènement du protestantisme d’Henri VIII avec la fin du règne de sa fille Marie, catholique, et le très connu règne de la reine Elizabeth, protestante). Les conflits religieux sont donc au coeur de l’intrigue et des enjeux de cet opus (ce n’est pas sans rappeler ce qui se passe en ce moment d’ailleurs), tout en nous dévoilant les dessous de l’âge d’or anglais (la période élizabétaine), notamment les premiers services d’espionnage et les différentes familles tentant de monter sur le trône (oui, il y a vraiment un côté Game of thrones là dedans ^^). Et malgré ces thèmes très sérieux, l’auteur à nouveau parvient à rédiger une grande fresque familiale sur une période d’environ 50 ans (de 1558 à 1606), où on va suivre différentes fratries, les voir s’aimer, se déchirer, se trahir, se soutenir, bref – vivre.

Encore une fois, au niveau des personnages, nous avons des « gentils » et des « méchants » – mais cette distinction m’a paru moins marquée et moins manichéenne que ce que propose Ken Follett habituellement. Dans tous les cas, j’aime tous les personnages (même les méchants que j’aime détester), même si bien sûr, certains m’ont intéressée plus que d’autres. C’est d’ailleurs là que le bât blesse un chouïa pour moi: le livre est tellement riche, se déroule sur une période tellement longue et il y a tellement de personnages que tous n’ont pas droit au même traitement, et du coup, certains sont largement favorisés par rapport à d’autres et on s’y attache plus ou moins. Je pense notamment aux « Espagnols » du récit: Ebrima, Carlos, Jéromina… ils n’apportent finalement pas grand chose à l’intrigue générale et on les voit peu, c’est dommage. En fait, pour que chaque personnage puisse avoir une intrigue vraiment intéressante, il aurait fallu que le roman soit plus long ^^ (ce qui est un comble étant donné que le grand format fait déjà 930 pages ^^). Vraiment, en arrivant à la fin, j’ai regretté que ça soit déjà fini – ce qui m’amène à mon deuxième bémol, sur le rythme du roman. Dans les Piliers, je trouvais l’histoire très longue à démarrer, dans Un monde…, au contraire, ça démarrait sur les chapeaux de roues, et ici, j’ai eu la sensation d’un rythme assez inégal. Au début, il y a plus de 100 pages qui se déroulent pratiquement sur une seule journée, par exemple, alors que l’ensemble du livre se déroule sur 5 décennies. Par la suite, il y a forcément des ellipses temporelles et j’étais un peu frustrée car j’ai trouvé que c’était un peu mal dosé. Le début aurait pu être plus rapide de façon à être moins découpé par la suite. Mais c’est un détail et ça ne m’a pas du tout gênée dans l’ensemble, puisque je trouve ce roman à nouveau excellent 🙂

Bref, si vous ne connaissez pas encore cet auteur, je ne sais pas ce que vous attendez ^^

En résumé: 

15 réflexions au sujet de « Une colonne de feu (Les piliers de la Terre, tome 3) – Ken Follett »

    • moi j’avais préféré Un monde sans fin, à cause de toute la partie « médicale » sur la peste qui ne figurait pas dans les Piliers 🙂 celui-ci est encore différent (mais toujours excellent)!

  1. M’enfin, je ne savais même pas qu’il y avait une suite aux Pilliers de la Terre!
    C’est un roman que j’ai a-do-ré. Du coup va falloir rattraper le temps perdu avec le tome 2 et le tome 3.

  2. J’ai découvert Les Piliers de la Terre en 2010 et j’ai énormément aimé cette lecture ! Le roman est énorme mais il a su captiver l’amoureuse de romans historiques que je suis (quoique je l’étais moins à l’époque que je ne le suis maintenant, donc c’est significatif ^^ ! ! ^)…Par la suite, j’ai lu Un monde sans fin que j’ai beaucoup aimé aussi, j’ai regardé aussi la série. Bref, j’ai été ravie quand j’ai vu que Une colonne de feu était la suite de ces deux romans que j’avais tant aimés ! Il est sûr que je vais lire ce livre prochainement. Quand, je ne sais pas, mais certainement l’an prochain ! J’ai tellement hâte de découvrir Kingsbridge à l’époque des luttes religieuses en Angleterre ! 😉

    Merci pour cette belle chronique qui a achevé de me convaincre !

  3. Je suis justement en train de le lire ! Je suis d’accord avec toi sur le fait qu’on puisse le finir indépendament des deux autres MAIS tout de même, j’ai peur qu’on perde pas mal du « sel » et du plaisir de retrouver certains noms ou même juste la cathédrale… Après, je viens juste de le démarrer et je suis vraiment fan des deux (pour des raisons différentes) donc bon ^^

    • ça ne m’a pas plus manqué que ça car Kingsbridge reste toujours présente (moins, certes) et l’auteur compense avec une histoire vraiment prenante donc l’un dans l’autre.. 🙂 que ce soit une suite aux Piliers ou non, c’est excellent 🙂

  4. Hello,
    Très intéressant comme article.
    J’ai découvert Ken Follett avec sa saga du Siècle. Je n’ai lu que La chute des Géants pour le moment et je continue avec le second tome: L’hiver du monde.
    J’aime vraiment beaucoup son style d’écriture et le fait qu’on puisse apprendre des bribes de l’Histoire rien qu’en lisant et en passant un bon moment.
    Je compte bien entammer la Saga des Pilliers de la Terre ensuite car je ne connais pas assez bien cette période.

    • franchement je trouve la saga des Piliers.. encore meilleure que celle du Siècle 🙂 mais je pense qu’objectivement les deux se valent! si tu aimes le Siècle, je pense que tu vas aussi aimer les Piliers 🙂

  5. Ping : Bilan #33 – Septembre 2017 | Les chroniques de Totoro

  6. Bon. Je n’avais pas prévus de l’acheter en grand format mais je n’arrête pas de voir des chroniques élogieuses de PARTOUT ! Et puis j’avais tellement aimé les Piliers de la terre… J’ai finis par craquer (mais en VO, ça me donne bonne conscience) : j’ai hâte de mis plonger !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *