Aesculapius (Les mystères de Druon de Brévaux, tome 1) – Andra H. Japp

Synopsis: 

Un comté de France, en ce début du XIVème siècle, où l’Inquisition fait rage. Un médecin condamné à la Question pour avoir pratiqué des accouchements sans douleur. Une pierre rouge qui a fait couler beaucoup de sang et dont il faut percer le mystère. Des menaces sourdes. Une peur tenace. Et si les ennemis du mire s’en prenaient à Héluise, sa fille, son élève et sa confidente? Et puis la cabale, et puis l’exil intérieur, et puis la fuite. Héluise contrainte à courir le pays. Druon de Brévaux, lui-aussi mire itinérant, obligé de battre la campagne pour proposer ses services. Sans oublier Huguelin, garçonnet enlevé des mains sadiques d’une tavernière sans scrupules; la comtesse Béatrice en proie à un complot; une bête monstrueuse qui sème la terreur. Des traîtrises, des revirements, des puissants qui se jouent des humbles, des innocents sacrifiés sur l’autel du pouvoir, et tant de pièges à déjouer, d’énigmes à élucider. La Science arrivera-t-elle à déchirer les voiles du mensonge et de l’obscurantisme?

image9 bis

Mon avis: 

Bon. Cette chronique sera très courte puisque c’est la chronique d’un abandon, chose assez rare pour moi (ce n’est que mon deuxième cette année). Ce livre, c’est un de mes collègues qui me l’a prêté, il y a presque 5 mois. Je vous avoue que dès le départ, le titre ne m’inspirait pas, et le résumé de me disait rien non plus, mais j’ai voulu faire honneur à son prêt et tenter de le lire. Malheureusement, je ne parviens pas à aller plus loin que la page 73 (sur 400).

Ce roman, c’est l’histoire d’un mire (sorte de médecin du Moyen-Age) qui, trahi par un proche, se retrouve accusé et au coeur d’un procès de l’Inquisition. Sa fille devra fuir, sous le nom masculin de Druon de Brévaux. Je n’en suis pas encore arrivée là dans ma lecture, mais je sais que je n’irai pas plus loin car le style de l’auteure ne me convient pas du tout. C’est très souvent pour des raisons de style que j’abandonne des lectures, d’ailleurs, et pas par manque d’intérêt pour l’histoire. Ici, les procès de l’Inquisition et la pratique de la médecine au Moyen-Age, ce sont des thèmes qui m’intéressent franchement, mais la plume de l’auteure ne m’a pas plu. C’est donc hyper subjectif et le livre pourrait donc complètement plaire à d’autres que moi.

Je reconnais à l’auteure un énorme travail de recherche et des connaissances historiques assez dingues – le vocabulaire d’époque est impressionnant! Elle a choisi de raconter son histoire avec des termes au plus près du parler du XIVème siècle – c’est un vrai parti-pris, que je peux comprendre, mais auquel je n’adhère pas du tout. Il y a énormément de notes de bas de page pour expliquer les termes anciens, et passer mon temps à « sortir » de ma lecture pour comprendre de quoi on parle en lisant les notes de bas de page, je trouve ça insupportable – à la limite, une de temps en temps pourquoi pas, mais là, sur certaines pages, on va avoir jusque 6 notes et ça casse complètement le rythme de la lecture. En plus, il y a deux types de notes dans le livre: les notes numérotées, de bas de page, mais aussi des notes indiquées dans le texte par un astérique, qui, elles, sont explicitées à la fin du roman. Entre les bas de pages et les notes de fin de livre, on passe presque plus de temps à lire ces « à-côté » que le texte en lui-même, et je n’accroche pas à ce système. J’aurais préféré que l’auteure trouve un moyen plus simple pour nous immerger dans son récit – même si, je le redis, on sent toutes les connaissances qu’il y a derrière.

En dehors de ce point, je n’ai pas non plus adhéré à la narration proprement dite, dans le sens où, dès le départ, nous sommes plongés dans un univers qu’on ne connait pas, avec des personnages qu’on ne connait pas (et qui ont des noms incongrus dont je n’arrive pas à me rappeler, malgré la liste des personnages en début d’ouvrage – ça aussi, s’il faut constamment y revenir, c’est lourd), sans présentation aucune. On arrive dans des discussions sur des choses, enjeux, quêtes qui ne nous ont pas été présentées, comme si on prenait l’histoire en cours, et du coup, c’est très dur de rentrer dans le texte et de comprendre l’intrigue.

Vous l’avez compris, cette série historique n’est donc pas pour moi. J’aurais pu pousser ma lecture plus loin mais j’avoue ne pas avoir envie en ce moment de me forcer à lire quelque chose qui ne m’accroche pas un minimum. Dommage 🙁

En résumé: 

2 réflexions au sujet de « Aesculapius (Les mystères de Druon de Brévaux, tome 1) – Andra H. Japp »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *