Agent Double (Au service surnaturel de Sa Majesté, tome 2) – Daniel O’Malley

Synopsis: 

Quand, après des années de combats acharnés , deux organisations secrètes et rivales sont contraintes d’allier leurs forces, une seule personne semble en mesure de les aider à conclure cette paix nécessaire : Myfanwi Thomas, la très fantasque héroïne de The Rook.  D’un côté, la Checquy, organisation secrète chargée de combattre les forces surnaturelles qui menacent la Couronne britannique. De l’autre, les Greffeurs, une société de peu recommandables alchimistes belges adeptes de manipulations génétiques en tous genres. Sans compter les mystérieux Antagonistes, qui tentent par tous les moyens de faire échouer les négociations.

image9 bis

Mon avis: 

Certains d’entre vous le savent, j’ai eu un énorme coup de coeur début 2015 pour The Rook, le premier tome d’une série fantastique mettant en scène des services secrets du paranormal au Royaume-Uni. Le livre est vraiment dans mon Panthéon personnel de mes meilleures lectures, c’est pour vous dire à quel point j’avais adoré – et à quel point j’ai été FRUSTREE par ces *putains* (tousse) de deux ans et demi d’attente qu’il a fallu pour que la suite sorte en France (oui parce que ça fait quand même déjà un an que c’est disponible en VO, hin). Bien sûr, il a fallu qu’il sorte exactement le même jour que le tome 3 de La Passe-miroir (sinon c’est pas fun) – jeudi dernier, je me suis donc retrouvée dans la position inconfortable du « bon, maintenant que j’ai les deux enfin dans mes mains, par lequel je commence?! » (#problèmedelecteur). Et finalement, je ne suis pas passée loin du coup de coeur comme pour le premier, c’est une excellente lecture!

Pour être tout à fait honnête, étant donné que ma lecture du premier remontait à deux ans et demi, je n’avais pas souvenir des détails ou même de la plupart des noms des personnages. Je ne me souvenais pas trop de comment tout ça avait fini. Heureusement, le synopsis au dos du bouquin est assez précis (plus que celui que je vous ai mis là) et ça m’a bien aidée au début – d’autant que ce qui m’a perdue au démarrage, et qui fait que je n’ai pas autant apprécié le livre que le premier, c’est l’apparition de deux nouveaux personnages principaux qui n’étaient pas du tout là dans The Rook. Dans le premier tome, on ne suivait que Myfanwy, alias la Tour Thomas. Du coup, je pensais vraiment que ce serait pareil ici, d’autant que la quatrième de couverture ne mentionne personne d’autre. Et en fait, Myfanwy n’apparaît qu’à partir de la page 85, donc pendant les 85 pages précédentes, on suit des personnagrs qu’on ne connait pas du tout, et pour un tome 2, c’est un peu perturbant, et ça m’a pas mal destabilisée. (Bon, au final, vu que le livre fait 880 pages, on a largement le temps de retrouver Myfanwy par la suite, mais elle partage la vedette avec deux nouvelles et n’est donc plus au centre de tout).

Au niveau du contexte (et donc des nouveaux personnages), on retrouve la Checquy qu’on a découverte dans le tome 1 (les services secrets du surnaturel britannique), qui est en pleine tentative de « fusion » (ou du moins d’accord) avec les Greffeurs, découverts également dans le tome 1 et qui faisaient plutôt office de méchants – les Greffeurs, c’est une sorte de société secrète en avance de plusieurs siècle sur le commun des mortels au niveau médical. Ils sont notamment tous modifiés chirurgicalement (ajouts d’armes dans les membres par exemple). Au début d’Agent Double, on découvre donc Odette, une jeune fille de 23 ans Greffeuse, qui appartient à la délégation venue participer aux discussions pour le « traité de paix » entre les deux groupes. C’est l’une des deux nouvelles personnages principales. La deuxième, c’est Felicity, un des Pions de la Checquy, qui, suite à un accident qui décime toute son équipe, est réaffectée par Myfanwy à la protection d’Odette (et au passage, à son « espionnage », puisque les Greffeurs sont des ennemis depuis des siècles et que toute la Checquy est encore très loin de leur faire confiance – et si Odette n’était pas sincère?).

Trois femmes donc – Myfanwy, Felicity et Odette. Le personnage d’Odette est celui qui m’a paru le plus important dans ce tome car elle nous permet d’avoir un point de vue totalement neuf sur les Greffeurs, présentés comme des monstres dans The Rook. Là, on a un point de vue interne assez amusant car on découvre des personnes relativement normales (si on fait abstraction de toutes leurs « améliorations »), qui sont élevées dans la crainte de La Checquy – ben oui, les Greffeurs au moins sont humains. Améliorés certes, mais humains. Alors que pour eux, les membres de la Checquy, dotés de pouvoirs surnaturels… ce sont eux, les vrais monstres! On a donc un décalage de point de vue assez énorme sur la différence entre deux cultures (qu’on peut totalement superposer à ce qui peut se passer ‘en vrai’ entre deux peuples et sur le racisme qui en découle, jusqu’à la lutte actuelle contre le terrorisme. La mise en abîme avec la réalité est vraiment un point fort du roman à ce niveau-là.) Bref, un contexte « social » et historique (on a deux ou trois flash-backs assez longs qui nous éclairent sur le passé des Greffeurs) bien goupillé et bien exploité par l’auteur.

Pour le reste de l’intrigue, comme dans The Rook, c’est foisonnant et dense (je pense que le poche fera plus de 1000 pages quand il sortira), très riche, il y a clairement un côté délirant mais c’est assez jouissif et génial si vous aimez l’humour british. Bref, on reste totalement dans la lignée du premier. Tout en suivant les avancées de l’accord entre les deux organisations, on assiste en vrac à l’apparition d’un tueur en série qui fait surgir des blocs de glace sur lesquels s’empalent ses victimes, une créature marine énorme et inconnue au bataillon qui va être visitée de l’intérieur par Odette et Felicity ou encore un attentat à la fumée jaune). Bref, Daniel O’Malley a toujours une imagination débortante et pour le lecteur c’est génial!

En résumé, la seule chose qui m’a un peu déçue dans ce tome, c’est qu’on ne suit plus exclusivement Myfanwy. Je l’aimais beaucoup et elle est clairement plus en retrait dans ce tome-ci. Mais le reste est dans la droite lignée du premier et ne démérite pas, j’adore l’univers et j’espère que le troisième ne mettra pas aussi longtemps à sortir!

En résumé: 

5 réflexions au sujet de « Agent Double (Au service surnaturel de Sa Majesté, tome 2) – Daniel O’Malley »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *