La Reine du Tearling (La Reine du Tearling, tome 1) – Erika Johansen

Synopsis: 

Après la mort de sa mère la Reine Elyssa, Kelsea Raleigh a grandi en exil, loin des intrigues du Donjon royal où son oncle diabolique a pris le pouvoir. Le jour de ses dix-neuf ans, une garde dévouée l’escorte de son repaire à la capitale, où elle devra reconquérir la place qui lui revient de droit et devenir Reine du Tearling. Kelsea ne s’est jamais sentie aussi peu capable de gouverner. Pourtant, les atrocités qu’elle découvre vont la pousser à commettre un acte d’une incroyable audace, qui jette tout le pays dans la tourmente et déchaîne la vengeance de la Reine rouge. La quête de Kelsea pour sauver son royaume et aller vers son destin ne fait que commencer. Long périple semé d’embûches, empli de bruit et de fureur, de trahisons et de combats farouches. Une épreuve du feu, qui forgera sa légende… ou la détruira.

image9 bis

Mon avis: 

La Reine du Tearling est un bouquin que j’ai vu passer sur plusieurs blogs / chaines récemment et qui me faisait bien envie malgré l’univers fantasy, dont en général je ne suis pas fan. Au final, j’ai vraiment beaucoup aimé ma lecture – je lis d’ailleurs pas mal de fantasy en ce moment et ça me réconcilie un peu avec ce genre littéraire!

La Reine du Tearling, c’est l’histoire de Kelsea, 19 ans, héritière du trône du Tearling et qui a été élevée au milieu des bois par ses parents adoptifs pour échapper aux sombres desseins de son oncle, qui règne comme Régent depuis le décès de la précédente Reine, et de la Reine Rouge, une reine adepte de magie noire qui règne sur le pays voisin. A 19 ans, la Garde de la Reine, un groupe de soldats, vient la chercher pour qu’elle monte enfin sur le trône. Elle découvre alors le piteux état dans lequel sa mère (la précédente reine donc) et son oncle ont laissé le pays, et notamment les 250 personnes envoyées chaque mois dans des cargaisons d’esclaves à la Reine Rouge pour éviter une guerre… Ce dernier point révolte Kelsea par dessus tout, et elle décide très vite qu’elle ne gouvernera pas de cette façon.

Ce premier tôme nous présente les personnages et l’univers du Tearling; on suit Kelsea pendant les premières semaines de son règne et on la voit s’affirmer pour défendre la justice – et son peuple. D’abord respectueuse de ce que sa mère avait pu faire, elle se rend vite compte que c’était en fait une piètre monarque, préférant son petit confort à l’épanouissement de son peuple. Son oncle ne vaut guère mieux, puisqu’en temps que Régent, il passait son temps à faire la fête (ou essayer de la faire assassiner). Le gérant du traffic d’esclave, Thorne, n’est pas non plus ravi de l’arrivée de Kelsea au pouvoir – et c’est sans parler de la Reine Rouge..

Beaucoup de choses nous sont présentées dans ce tome par le prisme de ce que comprend Kelsea, puisqu’elle a été maintenue dans une sorte d’ignorance par ses parents adoptifs, qui lui ont donné des connaissances médicinales ou historiques mais se sont (volontairement) peu penchés sur l’histoire récente de son pays. En arrivant sur le trône, elle va donc découvrir de nombreux éléments qui nous éclairent également, tandis que d’autres resteront mystérieux (puisque personne ne veut lui donner de réponses), je pense par exemple à ses deux énigmatiques colliers en saphirs dont les pouvoirs ne sont pas explicités. On apprend donc en même temps que Kelsea et j’ai trouvé cette façon d’aborder l’univers bien dosée. Autre bon point, la façon dont notre univers à nous est intégré par petites touches dans le passé du Tearling (qui est vraisemblablement le futur de notre propre monde): on nous parle de l’ancienne Amérique, de livres électroniques, des « 7 tomes de Rowling » ou du Seigneur des Anneaux, alors que l’essentiel du récit semble plutôt médiéval. Je ne sais pas si on en apprendra plus sur l’histoire du Tearling mais j’adore ce genre de petites touches qui donnent un autre reflet à l’univers! 

Ce n’est pas un coup de coeur pour autant car j’ai trouvé (surtout dans la première moitié du récit) que l’auteure mettait de la distance avec ses personnages, et donc que le lecteur a du mal à s’y attacher. C’est le principal point noir du livre pour moi, mais qui s’est tout de même estompé au fur et à mesure. Kelsea notamment s’affirme petit à petit et force l’admiration.

En tout cas, c’est globalement une lecture très chouette que je recommande à tous les amateurs de fantasy 🙂 Je suis ravie de voir que le tome 2 sort la semaine prochaine, je suis bien tombée niveau timing 🙂

En résumé: 

7 réflexions au sujet de « La Reine du Tearling (La Reine du Tearling, tome 1) – Erika Johansen »

  1. Personnellement, j’ai pas eu du mal à m’attacher à Kelsea, j’aime beaucoup son tempérament de feu 😀

    Je possède le deuxième tome, et je compte le lire très prochainement! J’adore!

  2. Ping : L’invasion du Tearling (La Reine du Tearling, tome 2) – Erika Johansen | Les chroniques de Totoro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *