Sanctuaires (Les messagers des vents, tome 2) – Clélie Avit

Synopsis: 

Les Vents, les Terres, les Eaux, les Feux. Quatre éléments, quatre territoires : la Friyie. Quand Ériana a rencontré Setrian, jeune messager des Vents, elle ignorait tout du danger qui menaçait le pays , de la prophétie qui la désignait et des pouvoirs qu’elle détenait. Il aura fallu une quête en territoire des Terres, un périple riche d’aventures et de rencontres, et l’affrontement avec les membres du terrible Velpa pour qu’elle s’accepte comme celle qui sauvera les quatre communautés. Après les Messagers des Vents, Clélie Avit continue avec Sanctuaires sa généreuse et palpitante saga fantastique. Ériana, affranchie de ses doutes et sous la précieuse protection de Setrian, poursuit la vaste mission qu’elle s’est vue confier par le conseil des Vents. Pour cela, elle va au-devant des quatre éléments, de son apprentissage et des connaissances révélées par la prophétie. Mais la prophétie n’en finit pas de dévoiler ses secrets, et les obstacles seront au rendez-vous, plus douloureux que jamais.

image9 bis

Mon avis: 

Après une lecture du premier tome plutôt en demi teinte, j’ai trouvé Sanctuaires un peu meilleur 🙂 (d’ailleurs je ne comprends pas trop si le titre de la saga c’est Les messagers du vent ou La saga des 4 éléments?)

Je reste malheureusement sur une grosse impression de gêne sur la plume de l’auteur, les dialogues sonnent faux, immatures, je ne ressens absolument aucune alchimie entre les personnages et entre eux et moi il ne se passe rien, je n’y suis pas du tout attachée, je les trouve interchangeables et je ressens une grande distance avec le lecteur. C’est vraiment le gros point noir de la série pour moi, et malheureusement je pense que rien ne changera dans la suite, c’est le style de l’auteure, elle ne peut pas en changer comme ça. A côté de ça il y a aussi un détail dont je n’ai pas parlé dans ma chronique du premier et qui est un peu dommage je trouve, c’est la façon dont les chapitres se suivent (sans passage à la page suivante quand on change de chapitre): tout s’enchaîne, du coup le récit n’est pas aéré, c’est très dense, je trouve ça fatigant à la lire. (Mais je viens de démarrer le tome 3 et c’est quelque chose qui a été modifié, puisque dans le 3 on a un saut de page aux changements de chapitres :)).

Point positif par contre, et là idem, j’aurais déjà pu le dire dans ma chronique précédente, je trouve les couvertures du grand format vraiment jolies et réussie. La première sur les Vents, la seconde ici sur les Eaux, la troisième sur les Feux, c’est un chouette rappel du thème de la série. (Je suis en revanche bien moins convaincue par la couverture du poche, mais passons). Autre point fort de ce second tome, c’est l’intrigue qui m’a bien plus tenue en haleine que dans le tome 1. Les bases ont vraiment toutes été posées dans le tome précédent et ici plus d’explications laborieuses ou de découvertes de l’univers, plus d’ajout de vocabulaire compliqué, on se concentre vraiment sur l’histoire qui avance bien; les personnages sont séparés et on les suit chacun séparément, ce qui dynamise d’autant plus le texte.

Eriana et Setrian ont quitté le territoire des Terres avec leur artefact mais vont être séparés assez rapidement. Eriana partira en direction de la tour des Eaux alors que Setrian va infilter un bataillon du Velpa pour essayer de comprendre ses liens avec la Na-Friyie (la partie du territoire où il n’y a pas de ‘pouvoirs’). Les parents de Setrian et sa soeur, qui étaient partis dans le premier tome en direction de la tour des Eaux avec l’une des deux autres prétendantes, Gabrielle, négocient avec la Mage des Eaux pour qu’elle accepte de leur confier leur artefact. Le Velpa, qu’on suivant un peu dans le premier via Mesline et Evandile, est ici quasiment absent – à part dans les chapitres de Setrian, mais on le suit lui et pas vraiment eux. On revoit aussi Matheïs (celui qui avait eu la prophétie d’Eriana) et Friyah (à qui la jeune femme avait confié une flècle dans le premier). Au milieu de tout ça, les pouvoirs d’Eriana se développent (je vous laisse découvrir comment) et son importance dans la suite de l’intrigue est de plus en plus évidente. A la fin figure un passage hyper dur pour Eriana qui (pour le coup) m’a touchée, je ne m’attendais pas à ça mais c’est un moment vraiment fort et j’aime ce genre de twists 🙂

Bref, l’intrigue s’emballe, les choses se mettent en place progressivement, et même si je n’accroche pas vraiment à la plume de Clélie Avit, j’ai attaqué directement la lecture du tome 3 🙂

En résumé: 

2 réflexions au sujet de « Sanctuaires (Les messagers des vents, tome 2) – Clélie Avit »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *