Les messagers des vents (La saga des quatre éléments, tome 1) – Clélie Avit

Synopsis: 

Ses cheveux bleus, son pendentif, il faut les cacher, Eriana le sait. Fuir, rester sur le qui-vive, l’arc à la main, c’est son quotidien. Le jour où elle croise la route de Setrian, jeune messager de la cité d’Ivoire, tout bascule. Eriana a été désignée par une prophétie, avec neuf autres jeunes filles. Les pouvoirs de l’une d’entre elles permettront de sauver Myria. Le problème : Eriana n’a pas conscience de l’existence de ses pouvoirs. Elle ne connaît pas leur étendue, ignore comment les utiliser. Pourtant, il lui faudra apprendre les codes de Myria, déjouer les pièges, deviner le jeu de ses ennemis.

image9 bis

Mon avis: 

A force d’entendre parler de cette saga qui fait des émules sur la blogo, je me suis laissée tenter. Pourtant, du young adult et en fantasy, ce n’est vraiment pas mon genre de prédilection. Et ça n’a pas loupé: mon avis n’est pas complètement négatif, mais c’est vrai que je suis loin d’être emballée comme beaucoup d’autres. Décidément, il faut vraiment que j’arrête de me laisser convaincre par les avis dithyrambiques que je peux trouver sur les romans YA, je suis déçue quasiment à chaque fois…

On va suivre une jeune femme qui se découvre des pouvoirs dont elle ignorait tout et qui va apprendre à les maîtriser, tout en apprenant qu’elle fait l’objet d’une prophétie dont le sens reste à déterminer. Les pouvoirs des personnages sont basés sur les éléments – dans ce tome, on rencontre la communauté des vents. Chaque élément est entouré de douze pouvoirs principaux, dont celui des messagers du titre. Un treizième pouvoir existait il y a très longtemps, le pouvoir « réducteur », mais il a été supprimé car trop dangereux. L’enjeu de ce premier tome, c’est qu’un groupuscule mal intentionné, le Velpa, veut « ressusciter » ce pouvoir.. on a donc deux histoires parallèles: l’initiation d’Eriana à cet univers qu’elle ne connaissait pas, et la montée en puissance du Velpa.

Concrètement, l’histoire est plutôt sympa. L’univers est assez complexe pour du YA et même s’il peut ressembler à d’autres (des pouvoirs basés sur les éléments c’est plutôt déjà-vu, de même ), l’auteur arrive à en faire quelque chose de plutôt original quand même, notamment grâce à un vocabulaire hyper fourni – ce qui m’a d’ailleurs gênée. Il y a tellement de termes (expliqués une seule fois, aucun rappel, aucun glossaire) que je n’en ai pas retenu la moitié et je suis souvent perdue dans tous ces nouveaux mots. Les lecteurs habitués à la fantasy s’y retrouveront sûrement, mais c’est justement une des choses qui ne m’emballe pas des masses en fantasy, et là c’était vraiment exacerbé.

Mon autre souci, et le principal finalement, c’est l’écriture. Je peux lire une histoire géniale, si la plume de l’auteure ne suit pas, je n’aimerai pas. C’est vraiment important dans mon appréciation d’un livre et là, l’écriture a quelque chose d’assez naïf, particulièrement dans les dialogues que je trouve à la limite du niais et pas du tout naturels. Les personnages me paraissent immatures alors qu’ils sont adultes, ça me gêne :/ Dommage car ça contraste avec la complexité de l’intrigue et me laisse du coup avec un sentiment assez mitigé…

Je suis tout de même intriguée et je lirai la suite (de toute façon j’ai les tomes 2 et 3 XD) mais je ne pense pas que ce sera un coup de coeur comme pour les autres.

n résumé: 

9 réflexions au sujet de « Les messagers des vents (La saga des quatre éléments, tome 1) – Clélie Avit »

  1. Ping : Sanctuaires (Les messagers des vents, tome 2) – Clélie Avit | Les chroniques de Totoro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *