Empire de Poussière (Le sang des dieux et des rois, tome 2) – Eleanor Herman

Synopsis: 

Magie sanguinaire, amours interdites et soif de vengeance : ni les dieux ni les rois ne sont à l’abri de la folie des hommes. Sorti victorieux de sa première bataille, le prince Alexandre se fait violence pour devenir le chef dont son royaume a besoin. Héphestion, temporairement écarté du pouvoir et envoyé en Égypte avec Katerina, doit la protéger d’une terrible prophétie. Déterminé à faire une croix sur son premier amour, Jacob le guerrier s’est promis d’éradiquer la Magie de Sang et cherche l’aide de Cynané, qui croupit dans les geôles royales. La princesse persane Zofia, enfin, qui poursuit sa quête des Dévoreurs d’Âmes, devra d’abord démêler les noirs secrets de son séduisant mais funeste ravisseur…

image9 bis

Mon avis: 

Comme souvent quand je commence une série alors que tous les tomes ne sont pas sortis, j’ai attaqué Empire de poussière en n’ayant pas souvenir des détails du premier opus. Je me souvenais globalement des personnages principaux et de certains gros éléments de l’intrigue, je me souvenais que j’avais vraiment aimé, mais à part ça, 170 livres plus loin, force est de constater que comme d’habitude, les détails se sont envolés. Heureusement, l’auteure distille çà et là quelques rappels dans les premiers chapitres – pas suffisamment pour que tout me revienne, mais ça m’a tout de même pas mal aidée.

Comme dans le premier, on va suivre 6 personnages principaux. Alexandre, qui a gagné sa première bataille dans le tome 1 (voilà un des éléments dont je n’ai aucun souvenir, par exemple) et qui apprend à gouverner; son meilleur ami Héph, dont il s’éloigne progressivement et qu’il envoie en mission en Egypte avec Katerina pour instaurer une alliance; Jacob, l’ami d’enfance de Katerina, qui s’est enrôlé dans l’armée ennemie de celle d’Alexandre et qui sera accusé de trahison quand Cynané, la demi-soeur d’Alexandre qui était leur prisonnière, s’enfuit; Cynané justement, qui, après avoir échappé à Jacob et son armée, conclut un pacte avec la reine Oympias pour tuer Katerina en échange d’un trône dans une autre région; et enfin, Zofia, princesse persane qui avait fugué dans le premier tome pour éviter son mariage avec Alexandre, et qui s’était fait capturer sur la route par un brigand qu’elle avait convaincu de l’existence des pégases pour sauver sa peau.

On est dans la suite directe du premier tome et on retrouve peu ou prou les personnages là où on les avait laissés. Passé le début un peu difficile pour me remémorer les liens entre les différents personnages et leurs enjeux respectifs, j’ai vraiment passé un bon moment avec ce deuxième tome, auquel je ne trouve pas vraiment de point négatif par rapport au premier. Le défaut habituel des tomes 2 (d’être des tomes de ‘transition’) ne me parait pas s’appliquer ici, je n’ai pas vraiment l’impression qu’il y ait une grosse intrigue globale qui englobe tout et qui ralentirait avant un bouquet final dans la suite, on est plutôt dans des trajectoires historiques individuelles qui se croisent au sein d’un même contexte antico-fantastique; manipulation, politique, rivalités entre les peuples, créatures de légendes, anciens dieux, magie, c’est un mélange parfaitement bien dosé entre fond historique réel sur la jeunesse d’Alexandre le Grand (et ce que devait être la vie à son époque) avec un aspect plus fantastique – mais ce côté-là reste plutôt léger, n’empiétant pas trop sur le récit mais permettant de s’immerger d’avantage dans ce qui devait être la culture de l’époque (un peu dans la même veine que La voie des oracles).

Ce qui m’a peut-être empêchée de l’apprécier autant que le premier, c’est que mon intérêt pour les différents personnages n’est plus aussi homogène. J’ai mes chouchous – et du coup, il y a aussi ceux qui me laissent plutôt de marbre, dont le sort m’intéresse moins. Et comme le temps qu’on passe avec chacun est équivalent, j’étais parfois un peu frustrée. D’autant que le roman est finalement assez court (380 pages pour 6 personnages principaux, ça fait dans les 60 pages seulement par personnage sur l’ensemble). Concrètement, j’adore Katerina et Zofia; par contre, Alexandre ne m’a pas captivée dans ce tome, de même que Cynané et Jacob. Le périple d’Heph et Katerina en Egypte (et ce qu’ils vont y découvrir) m’a vraiment fascinée, j’adore l’idée de me promener dans le monde antique comme ça.

Globalement la saga reste vraiment intéressante et j’ai hâte de lire le tome suivant 🙂 

En résumé: 

2 réflexions au sujet de « Empire de Poussière (Le sang des dieux et des rois, tome 2) – Eleanor Herman »

  1. Je ne suis qu’à une centaine de page de ce second tome mais il me semble prometteur ^^

    J’ai lu ta chronique en diagonale, mais ton avis me rassure ! 😀 J’avais eu des échos comme quoi il n’était pas super… :/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *