Miss Dumplin – Julie Murphy

miss-dumplin

Synopsis:

Willowdean est ronde, et alors ? Pas besoin d’être super slim pour s’assumer. Jusqu’au jour où elle rencontre Bo, qui porte un peu trop bien son nom, et ne tarde pas à lui voler un baiser. Mais peut-il vraiment l’aimer ? On lui a tellement dit que les filles comme elle ne sont que des seconds rôles. Un seul moyen de retrouver confiance en elle : faire la chose la plus inimaginable qui soit… s’inscrire au concours de beauté local présidé par sa propre mère, ex-miss au corps filiforme. Entraînant dans son sillage tout un groupe de candidates hors normes, Will va prouver au monde, et surtout à elle-même, qu’elle aussi a sa place sous les projecteurs.

image9 bis

Mon avis:

Miss Dumplin est un roman YA qui a fait beaucoup parler de lui à sa sortie il y a quelques mois, en bien en général. Intriguée par le sujet (et par la couverture que je trouve simple mais efficace), j’ai attendu de le trouver d’occase pour le lire, c’est enfin chose faite 🙂

On va suivre pendant le roman Willowdean, une lycéenne qui habite dans une petite ville perdue au fin fond de l’Amérique profonde. Le seul évènement notable qui s’y déroule, c’est l’élection annuelle d’une reine de beauté, et c’est sa mère, ancienne lauréate du prix, qui organise le concours. Mais Willowdean ne correspond pas aux canons de beauté loués par sa mère: elle est ronde, et, sans être sûre d’elle, elle s’assume et n’est pas particulièrement mal dans sa peau (vu son âge, je dis bravo). Elle sait comment elle est perçue par les autres mais s’en fiche. Sa tante, la soeur de sa mère, est décédée peu de temps auparavant d’une obésité morbide, et sa mère aimerait qu’elle ne marche pas sur le même chemin. A côté de ça, Willowdean travaille comme serveuse dans une petite gargotte, où elle fantasme sur son collègue Bo (qui va dans un autre lycée et qui semble s’intéresser à elle), et elle passe beaucoup de temps avec son amie Ellen, mais ces derniers temps, leur relation semble s’étioler…

L’auteur brasse pas mal de choses dans ce roman, pourtant pas si long. Le rythme est assez lent (ça m’évoque bien la moiteur étouffante du Sud des Etats-Unis) (dixit la fille qui n’y a jamais mis les pieds), et malheureusement, je l’ai surtout trouvé très plat. Willowdean est d’humeur égale en permanence, j’avais l’impression que son humeur était constante, on la voit toujours placide, accepter ce qui lui arrive sans jamais ni se réjouir, ni s’énerver ou être triste. Ca manque un peu de points d’exclamations et de vie tout ça! On nous vend un concours de beauté avec des participantes en surpoids mais au final, le concours arrive assez tard dans le texte et n’est pas véritablement au coeur du roman. En fait, je ne sais pas si j’ai vraiment trouvé un coeur au roman: entre le concours, la relation de Willowdean avec sa mère, ses découvertes sur sa tante décédée, la relation avec Bo, la relation avec Ellen, le quotidien, l’intrigue s’éparpille un peu en s’éloignant de son fil conducteur.

Pour autant, il est évident que Miss Dumplin reste un roman au pouvoir feel-good certain, qui met des outsiders et des laissers pour compte en avant, et je suis sûre que ça parle à beaucoup de lecteurs. Ca change de toutes ces héroïnes canon et badass qu’on retrouve de livre en livre: Willowdean est ronde, n’a pas de super qualité particulière, elle est juste normale et avec des kilos en trop; en bref, elle est plus proche du lecteur que les Katniss Everdeen et autres Tris Prior ne le seront jamais. Et pourtant, elle finit par participer à un concours de beauté et par sortir avec un mec canon. Je ne sais pas si c’est crédible (mais après tout pourquoi pas?) mais ça fait indéniablement du bien au moral 🙂

En résumé: Image5

7 réflexions au sujet de « Miss Dumplin – Julie Murphy »

  1. Je suis d’accord avec toi, ce roman manque cruellement de charisme comme ses personnages. J’ai été très déçue que ce sujet ne soit pas mieux mis en valeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *