Maman a tort – Michel Bussi

maman-a-tort

Synopsis: 

Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n’est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit. Il est le seul… Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l’aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple. Car déjà les souvenirs de Malone s’effacent. Ils ne tiennent plus qu’à un fil, qu’à des bouts de souvenirs, qu’aux conversations qu’il entretient avec Gouti, sa peluche. Le compte à rebours a commencé. Avant que tout bascule. Que l’engrenage se déclenche. Que les masques tombent. Qui est Malone ?

image9 bis

Mon avis: 

Ce que je préfère finalement dans les romans de Bussi, ce sont les couvertures x)

Blague à part, Maman a tort m’a fait un peu le même effet que Un avion sans elle: c’est sympa, ça se lit facilement, mais ça ne m’emballe pas plus que ça. Je crois qu’en termes de polars, j’aime lire des choses beaucoup plus sombres; et les romans de Bussi (à l’instar d’un Coben par exemple) ne le sont pas assez pour moi. Mon côté sadique ^^ j’aime voir les personnages souffrir dans les thrillers, les milieux noirs, bref, des trucs plus durs. Sans être mauvais, Maman a tort ne peut pas être qualifié de dur / sombre / noir. C’est donc une lecture agréable mais sans plus pour moi.

On va suivre au départ un psychologue scolaire, qui voit un enfant de 3 ans qui prétend que ses parents ne sont pas ses parents. Intrigué, il convainc une flic (déjà sur une grosse affaire) de faire une enquête officieuse pour voir s’il y a vraiment lieu de s’inquiéter ou si le gamin raconte des craques.

L’enquête intrigue, on se prend au jeu, c’est efficace; pour autant, à mon troisième roman de l’auteur, je commence à repérer ses ficelles, à trouver des similitudes dans sa façon de tisser des intrigues. Mon préféré restera le premier que j’avais lu, Nymphéas noirs. Je crois aussi que je me posais trop de questions: les noms des personnages me semblaient tellement peu naturels (Pasdeloup, Augresse alors qu’il est question d’ogres…) que je m’attendais à ce que ça aie un impact quelconque à un moment du récit. Il n’en fut rien: dommage x)

En résumé: Image5

8 réflexions au sujet de « Maman a tort – Michel Bussi »

  1. J’en ai un de lui qu’on m’a offert mais je n’ai encore jamais pris le temps de le lire. Cela dit, tous les avis positifs sur ses romans me donnent envie de tenter l’aventure 🙂

  2. Je n’ai lu qu’un seul Bussi : N’oublier jamais. Je l’ai bien aimé sans être totalement emballé non plus ! Maman a tort ou Le temps est assassin me tente quand même, rien que pour côté une seconde chance à l’auteur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *