L’ombre du vent – Carlos Ruiz Zafon

lombre-du-vent

Synopsis: 

Dans la Barcelone de l’après-guerre civile,  » ville des prodiges  » marquée par la défaite, la vie difficile, les haines qui rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere, le narrateur – dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y  » adopter  » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets  » enterrés dans l’âme de la ville  » : L’Ombre du vent.

image9 bis

Mon avis: 

L’ombre du vent, c’est d’abord un livre que j’ai repéré depuis plusieurs années dans les rayonnages du Furet près de chez ma mère; le titre m’attire, la couverture m’attire, le synopsis me tente… mais je ne l’ai jamais acheté – et ce n’est pas faute de l’avoir pris entre mes mains pas mal de fois! Un quelque chose d’indéfinissable dans la quatrième de couverture me faisait craindre cette lecture, j’avais l’impression que je n’accrocherais pas.

Et puis cet été, en discutant bouquins avec une collègue, il s’est avéré que c’était un de ses deux livres préférés. Elle m’a prêté son autre préféré ^^, à savoir Les liaisons dangereuses, lu en août et que j’avais eu franchement du mal à finir (mais je voulais aller au bout pour lui faire honneur et pouvoir dire que je n’avais pas aimé en toute connaissance de cause ^^). En allant me promener avec elle, j’ai fini enfin par acheter celui-ci en me disant qu’il rattraperait Les liaisons dangereuses – le deuxième livre préféré de quelqu’un, à priori c’est que c’est bien non? En plus, le bouquin draine quand même une myriade de critiques excellentes: « Magique! Époustouflant! Troublant! Pas assez de mot pour qualifier cet énorme coup de cœur! », « Il est incontournable, il faut l’avoir lu », etc.

Et pourtant.. j’aurais mieux fait de m’en tenir à mon pressentiment initial: impossible de lire L’ombre du vent pour moi! Je me suis arrêtée vers la page 218 (il y en a 667), au tiers du roman donc. Et encore, ces 218 premières pages, franchement, je les ai subies. La décision d’arrêter les frais a été un vrai soulagement, j’avais l’impression que je n’arriverai jamais au bout. Moi qui n’avait encore arrêté aucun livre en cours de route cette année et qui pensais finir 2016 sans abandon, eh bien c’est raté, voilà le premier!

Concrètement, ce qui ne m’a pas plus, c’est la plume de l’auteur plus que l’histoire; ça m’a paru sans queue ni tête, avec des digressions sans arrêt, je perdais le fil en permanence, je n’avais rien à quoi me raccrocher, j’étais dans le brouillard (comme sur la couverture, tiens!). Impossible dans ces conditions de m’intéresser au récit qui m’a paru abracadabrantesque – ce que beaucoup de lecteurs ont visiblement considéré comme de la poésie, pour moi c’était simplement grotesque, un univers impalpable, évanescent, une sensation constante désagréable d’être en plein trip, perdue, des personnages absolument pas attachants, bref, je ne comprends absolument pas les critiques qui encensent le roman, d’autant que j’en ai vu plus d’une qui disaient « je lis très peu mais celui là je l’ai adoré! » (je n’irai vraiment pas conseiller ça à quelqu’un qui n’a pas l’habitude de lire).

J’ai l’impression que je n’ai pas lu le même livre que les autres pour avoir un avis à ce point différent. Il doit pourtant avoir des tas de qualités, puisque pour une énorme majorité c’est un roman excellent. En tout cas, pour ma part, je suis complètement passée à côté :/ (ma collègue en arrive donc à la conclusion que nous ne sommes pas « livre-compatibles »! :D)

En résumé: Image2

21 réflexions au sujet de « L’ombre du vent – Carlos Ruiz Zafon »

  1. Un gros coup de coeur pour moi aussi, mais j’avoue que j’ai du m’y reprendre à deux fois avant de le lire dans sa totalité et de l’apprécier.

  2. C’est un roman qui est un peu long à se mettre en place, c’est vrai, et sa « magie » commence vraiment à opérer vers le milieu (dans mon souvenir). Après quand on peut pas aller plus loin avec un bouquin, on ne peut pas, y a rien à faire, d’ailleurs ça m’arrive assez souvent 🙂
    Par contre, (j’espère que tu ne m’en voudras pas trop, mais je ne peux m’empêcher de le dire), il me semble que tu es particulièrement dure avec un livre que tu n’as presque pas lu. Je ne dis pas que tu n’as pas le droit de ne pas aimé, bien au contraire, mais ton jugement est bien catégorique pour ne pas avoir dépassé les 300 pages.

    • je n’ai pas l’impression d’être si dure/catégorique que ça, je précise bien que ce n’est que mon avis et que la plupart ont adoré. Et je précise bien où je me suis arrêtée, donc effectivement, ça ne peut pas être un avis sur l’intégralité du livre. Pour moi si je dois attendre 300 pages avant d’arrêter de « subir ma lecture » (sans parler d’apprécier) il y a un souci ^^ mais tu as le droit de penser ce que tu veux et de le dire ^^

      • Ce que je voulais dire c’est quand tu dis « Je ne comprends absolument pas les critiquent qui encensent ce roman », j’ai envie de te répondre, « oui c’est normal tu ne l’as pas lu ». Ça ne veut pas dire que tu l’aurais plus aimé si tu avais continué (quoique peut être un peu plus ;p), mais peut-être aurais tu compris pourquoi beaucoup l’ont adoré. Comme dit précédemment, l’histoire se développe très lentement et tu n’en as pas lu « assez » malheureusement pour vraiment connaître l’histoire. En fait je crois bien que les 200 premières pages que tu as lu, est un gros début et que le fond même de l’histoire n’a pas encore débuté. C’est comme si tu avais lu les 50 premières pages d’un bouquin lambda en fait (ouais je comprends que ça t’a paru long ^^). Enfin bref, je ne veux pas essayer de te convaincre de reprendre ce livre, parce que moi c’est pareil quand on a pris en grippe un bouquin, c’est impossible de continuer. Je connais ça. 😉
        En gros, tout ça pour dire, ce n’est pas ta critique générale qui m’a dérangée (loin de là) mais quelques petites phrases, peut-être maladroites et un peu sévères pour une lecture bien courte de l’oeuvre. 🙂

        • je ne comprends pas trop pourquoi j’ai bloqué à ce point là en fait. je lis tellement et tellement de pavés que les livres longs à démarrer ou avec des longueurs ne me dérangent pas. je me doute qu’il doit bien y avoir quelque chose avec ce bouquin mais quand ça veut pas, ça veut pas ^^’ en tout cas peut-être que l’histoire vaut le coup, mais là je ne remets pas en cause l’histoire, c’est vraiment le style qui m’a gênée, et je doute que le style se transforme ensuite ^^ (mais peut être que je me trompe et que je passe à côté de la lecture du siècle lol)

  3. Je n’ai lu qu’un seul livre de cet auteur et il s’agit de : « Le prince de la brume ». J’avais beaucoup aimé ! 🙂

    J’ai vu une chronique sur « L’ombre du vent » qui m’a convaincu de le lire. Je compte donc l’emprunter un de ces jours à la bibliothèque !
    C’est dommage que tu aies été tant déçue que cela, par contre. Enfin, les goûts et les couleurs hein 😉

  4. Ping : La lune et le roi soleil – Vonda N. McIntyre | Les chroniques de Totoro

  5. Je suis la première à t’écrire un commentaire qui va dans ton sens. Moi non plus je n’ai pas du tout aimé le style de l’auteur et je me suis perdue dans son écriture jusqu’à en oublier l’intrigue principale et je me suis vite ennuyée. J’ai également abandonné ma lecture environ au même endroit peut être être même un peu moins. Je l’avais remis récemment dans ma PAL en me disant que se n’était pas le bon moment mais je vais être réaliste et je vais le sortir complètement.
    Merci pour cette chronique en toute honnêteté où je me suis retrouvé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *