La vérité à propos d’Alice – Katherine Webb

la-verite-a-propos-dalice

Synopsis: 

En acceptant sur le tard d’épouser Richard, Rachel Crofton croyait enfin échapper à son destin de gouvernante. Hélas, derrière le négociant en vins affable, bien introduit dans la bonne société de Bath, se cache un homme colérique, opportuniste et pingre. Pour tromper l’ennui et les regrets, Rachel accepte la proposition de lady Alleyn, figure de l’establishment, qui recherche une dame de compagnie pour son fils, Jonathan, vétéran de la guerre d’Espagne. Dès sa première visite, Rachel comprend que les belles apparences masquent de profondes failles : pourquoi Jonathan réagit-il si fortement à sa vue ? Ses traumatismes sont-ils uniquement liés à ses souvenirs de guerre ? Que complote Starling, la petite servante ? Quelle emprise lady Alleyn exerce-t-elle sur ces esprits troublés ? Et surtout, qui était Alice, la fiancée de Jonathan, disparue sans aucune explication ? Décidée à percer le secret de la maison Alleyn et à sauver Jonathan du mal qui le ronge, Rachel n’a bientôt plus qu’une idée en tête : découvrir la vérité à propos d’Alice…

image9 bis

Mon avis: 

La vérité à propos d’Alice avait tout pour me plaire: secret de famille et mystère, contexte historique anglais, beaucoup de pages. Comme prévu: j’ai adoré! C’est le troisième livre que je lis de cette auteur après Pressentiments et L’héritage et c’est celui que j’ai préféré.

On est plongés dans la campagne anglais du début du XIXème siècle: une jeune femme de bonne famille, Rachel, joue les gouvernantes après la mort de ses parents et de son frère, résignée à finir vieille fille. Elle finit par se faire courtiser par un marchand de vin, Richard, qui lui semble un parti correct à défaut d’autre chose. Après l’avoir épousé, elle rencontre une des clientes et bienfaitrices de Richard, lady Alleyn, donc le fils, Jonathan, souffre de troubles physiques et mentaux depuis son retour de la guerre une dizaine d’années auparavant. Elle va vite comprendre qu’elle est le portrait craché de l’ancienne fiancée de Jonathan, Alice, qui a disparu justement une dizaine d’années avant; la servante des Alleyn, Starling, qui était très proche d’Alice, est persuadée que Jonathan l’a tué et que c’est le choc qui l’a rendu malade. Elle le tourmente quotidiennement dans l’espoir de le faire avouer son crime. Rachel, en rendant visite à Jonathan, va elle aussi chercher à comprendre pourquoi Rachel a disparu si subitement…

Les chapitres du roman alternent deux périodes: la jeunesse d’Alice et de Starling d’une part, et le présent de Rachel (15-20 ans plus tard). Les deux temporalités finissent par se rejoindre à la fin, lors de l’explication finale. Le roman est mené de façon habile, brouille les pistes, et nous entraine avec Rachel à la recherche de la vérité sur Alice. J’ai apprécié toutes les parties de l’histoire, même les moins importantes (la relation de Rachel avec son mari et son beau-père par exemple). Rachel est un personnage fort (même si elle présente des caractéristiques agaçantes typiques de son époque) et j’ai aimé la voir s’opposer petit à petit à son mari et se rapprocher de Jonathan et Starling.

Ce qui m’empêche d’en faire un vrai coup de coeur, ce sont les quelques longueurs (notamment les quelques courts passages sur la guerre, heureusement pas très longs mais pas très utiles non plus), et le fait de ne pas avoir de point final à l’histoire sur Abi, la soeur de Rachel.  Autrement, j’ai vraiment passé un excellent moment de lecture, et j’ai aimé ces explications bien noires (plus que dans ce genre de romans d’habitude d’ailleurs) 🙂

En résumé: Image7

9 réflexions au sujet de « La vérité à propos d’Alice – Katherine Webb »

  1. La vérité ? j’ai beaucoup aimé ce récit que ta chronique m’a donné envie de lire. Par contre je pense que la description des horreurs de la guerre sont la pour mettre en évidence qu’aucun des acteurs des guerres ne sortent indemne psychologiquement , voire physiquement de ces carnages et pourtant une étincelle d’humanité peut quand même y trouver sa place. A lire oui oui !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *