Harry Potter and the cursed child (Harry Potter ‘8’) – J.K. Rowling, Jack Thorne & John Tiffany

harry-potter-8-the-cursed-child

Synopsis: 

Image1 It was always difficult being Harry Potter and it isn’t much easier now that he is an overworked employee of the Ministry of Magic, a husband and father of three school-age children. While Harry grapples with a past that refuses to stay where it belongs, his youngest son Albus must struggle with the weight of a family legacy he never wanted. As past and present fuse ominously, both father and son learn the uncomfortable truth: sometimes, darkness comes from unexpected places.

france Etre Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

image9 bis

Mon avis:

Image1 I am part of this generation of readers who grew up with Harry Potter. I may not be completely fan like many book bloggers (with several different editions, Harry Potter Funkos, specialized bookshelves etc) but it does remain an important series for me. When I’ve heard that there was gonna be an eighth book, I was quite skeptical, but intrigued. But that was before. Before I knew that it was gonna be a play. (Just so you know, I just can’t stand theatre. I’m completely bored anytime I read a play and watch one sends me off to sleep, I find it incredibly boring – in short, I’m just really not into it. (Sorry for those who like it, I’m quite categorical on this one). Plus, it was a play written by someone else than J.K.Rowling, and the play that was gonna come out in July was not the definitive version. It really disheartened me. I did not rush to buy it this summer (but I do acknowledge that the book itself is really beautiful. It’s a shame it is so expensive given how short it is. I’d rather wait the collector version to buy it. And then I realized that one friend got it, so I borrowed it 🙂

In the end, my review is gonna be a lot like the others: the joy to rejoin this universe again, with a brand-new story, was a terrific feeling, but it remains a bonus. I really had a hard time with the play format (I don’t understand why it was not written as a novel – so much for continuity!). That was for the form.

As for the substance, I really enjoyed finding myself 20 years later (I use to like epilogues with this kind of finals, it was like having a 300 hundred pages epilogue ^^). It gives you answers to your questions on the future of your favorite characters (including those who don’t necessarly have a proper ending otherwise). And it does honor some of them (I’m particularly thinking about Snape).

I had no idea about what the story was gonna be about, apart that we were gonna follow Albus (Harry’s son) at Hogwarts. I was clearly not expecting this kind of plot and I really liked the idea and the story. Many readers had already read similar plots in fanfictions but I haven’t, so it was really new to me.

Even if I did not like the fact that it was a play, and that the text is too short (you could hardly write a 700 hundred pages play), I’ve been really happy to find those characters and this universe again 🙂

france Je fais partie de cette génération de lecteurs qui a grandi au fil des parutions d’Harry Potter. Je ne suis peut-être pas complètement fana de la saga comme beaucoup de membres de la blogo (avec plusieurs éditions des livres, des Pop Harry Potter, des étagères réservées dans leur bibliothèque etc) mais ça n’en est pas moins une saga importante à mes yeux. Quand ils ont annoncé la sortie d’un huitième tome, j’avoue avoir été assez perplexe, mais intriguée. Mais ça, c’était avant. Ensuite, j’ai compris que ce serait une pièce de théâtre. Pour la petite histoire, sachez que j’ai tout simplement horreur du théâtre. En lire m’ennuie profondément, et aller voir une pièce m’endort, je trouve ça incroyablement chiant – bref, j’y suis vraiment totalement hermétique. (Oui, désolée pour ceux qui aiment, je suis assez catégorique sur le sujet ^^’). Et une pièce pas écrite par J.K.Rowling, en plus. Et qu’en fait, ce qui allait sortir, c’était une version « non définitive » (la version finale devant sortir plus tard). Bref, j’ai été sacrément refroidie. Du coup, je ne me suis clairement pas précipitée pour l’acheter lors de sa sortie en juillet. Je reconnais que l’objet livre est très beau mais après ça reste un texte assez court et je le trouve franchement cher pour ce que c’est. Et je préfère carrément attendre la version définitive avant d’investir. Bref, j’étais décidée à attendre, jusqu’à ce que je m’aperçoive que Lostaddict (oui toujours elle ^^) l’avait acheté; n’étant pas complètement butée, je lui ai emprunté (comme ça je peux dire que je l’ai lu, mais j’attendrai quand même la version collector pour l’acheter ^^).

Au final, mon avis va rejoindre celui de pas mal d’autres lecteurs: la joie de me replonger une nouvelle fois dans cet univers avec une histoire inédite était une sensation super, mais ça reste du bonus. J’ai vraiment eu du mal avec le fait que ça soit une pièce (quitte à sortir un « huitième tome », j’aurais vraiment préféré rester dans le format initial, question de continuité). Ca, c’est pour la forme.

Sur le fond, j’ai beaucoup aimé me retrouver 20 ans plus tard (en général, j’adore les épilogues de roman qui présentent ce genre de final, donc là c’était un peu comme avoir un gros épilogue de 300 pages ^^). Ca permet d’avoir des réponses à pas mal de question sur l’avenir des personnages, notamment certains personnages secondaires qui n’avaient pas forcément eu droit à une vraie fin. Le texte rend un bel hommage à certains (je pense notamment à Rogue).

Et puis je n’avais aucune idée de ce qu’allait être l’intrigue, à part qu’on allait suivre Albus, l’un des fils d’Harry, à Poudlard. Du coup, surprise totale, je ne m’attendais absolument pas à un récit de ce genre et j’ai vraiment trouvé sympa l’idée et la direction que prend l’histoire. Beaucoup de lecteurs ayant déjà lu nombre de fan fictions ont trouvé qu’il y avait un côté « déjà lu » (dans les fan fictions justement), mais pour ma part, je n’en ai jamais lu (ça ne m’attire pas du tout), donc c’était vraiment neuf pour moi.

Du coup, même si je n’ai pas adhéré au format et que du coup le texte est trop court (difficile de faire une pièce de théâtre sur 600-700 pages), j’ai quand même été contente de retrouver ces personnages et cet univers qui ont bercé mon adolescence 🙂

En résumé:  bon-livre-bis

10 réflexions au sujet de « Harry Potter and the cursed child (Harry Potter ‘8’) – J.K. Rowling, Jack Thorne & John Tiffany »

  1. A la base, je devais acheter la version anglaise en juillet… Puis comme j’ai tardé, je me suis dit que j’allais acheter la version française qui sort ce mois-ci… Et puis, je viens de lire dans ta chronique qu’une édition collector allait sortir (c’est vrai ????), du coup, je pense que je vais attendre encore un peu ! lol

    J’ai lu pas mal d’avis ‘négatifs’ (dans le sens où les lecteurs ont été déçus), du coup, ta chronique me remonte un peu le moral et je pense que je vais me lancer une fois le livre ajouté à ma bibliothèque ! ^-^

  2. J’ai grandi aussi en même temps qu’Harry, et pour rester un peu plus longtemps dans cet univers, je vais me pencher sur celui-ci un de ces jours 😉 !

  3. Ping : Fantastic beasts and where to find them (original screenplay) – J.K. Rowling | Les chroniques de Totoro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *