Aylus (La voie des oracles, tome 3) – Estelle Faye

la-voie-des-oracles

Synopsis: 

L’intervention de Thya a changé l’Histoire. Vingt ans après, guidé par Thya, Aylus est devenu Empereur. Il règne à Rome en basant toutes ses décisions sur la divination et s’entoure d’oracles plutôt que de conseillers. Tout cela, il en est persuadé, est pour le plus grand bien de son peuple. Ayant créé une théocratie redoutable, il n’hésite pas à sacrifier des centaines de vies humaines au nom d’un avenir meilleur promis par les oracles. La ville de Rome elle-même a changé. Les statues de Tirésias, d’Apollon, de Cassandre ornent désormais le forum, et le symbole d’Aylus, un grand œil pourpre, qui pleure des larmes de peinture, recouvre les murs et les stèles des rues. Pour avoir perpétré une tentative d’assassinat sur son frère, Gnaeus Sertor, le père de Thya, a été démis de toutes ses fonctions dans l’armée, privé de son statut de sénateur, et exilé dans la plaine du Pô, dans une latifundia dont il ne sort plus, rongé par la culpabilité.

image9 bis

Mon avis:

Le meilleur de la trilogie pour moi. J’avais bien accroché à l’univers dans le premier sans être complètement convaincue. Le second m’avait moins embarquée. Celui-ci relève largement le niveau en modifiant complètement son contexte et en assumant une part fantastique bien plus présente.  

Nous nous retrouvons à une période qui correspond à celle du début du tome 1, avec une Thya âgée de 16 ans, mais cette fois, nous sommes dans une réalité alternative dans laquelle son oncle Aylus est devenu empereur. Les personnages des deux premiers tomes sont toujours présents, mais ont des rôles différents de part la nature uchronique du récit, et c’est très intéressant; l’auteur a vraiment réussi un coup de maître avec ce changement radical de situation. La Thya des deux premiers volumes est également présente – nous avons donc deux Thya, une jeune qui appartient à cette nouvelle réalité, et une ancienne qui a vécu les aventures des deux premiers tomes et qui se souvient de la réalité qu’elle a effacée. Avec son recul, elle est la seule à même de comparer les deux versions de l’histoire, et se se demander si elle a vraiment bien fait d’engendrer cette nouvelle réalité..

Réécriture de l’Antiquité, réflexion sur le destin et le libre arbitre, contexte uchronique soigné, place importante des anciennes croyances païennes… ce dernier tome de La voie des oracles est une vraie réussite. Un petit quelque chose d’indéfinissable m’empêche d’en faire un vrai coup de coeur mais rien que son univers original et rarement rencontré (la Rome antique et les croyances païennes) en font une saga à découvrir. (Et les couvertures sont toutes les 3 magnifiquement travaillées, ce qui ne gâche rien ^^).

En résumé: bon-livre-bis

2 réflexions au sujet de « Aylus (La voie des oracles, tome 3) – Estelle Faye »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *