La vérité sur l’affaire Harry Québert – Joël Dicker

la-verite-sur-laffaire-harry-quebert

Synopsis: 

À New York, au printemps 2008, lorsque l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente: il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois. Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui: son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison. Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements: l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d écrivain, il doit absolument répondre à trois questions: Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

image9 bis

Mon avis: 

La vérité sur l’affaire Harry Québert est un roman qui a fait énormément parler de lui à sa sortie il y a 4 ans. Je vous avoue qu’à l’époque, je suis complètement passée à côté, mais il a eu tellement d’échos que ça a fini par m’intriguer. A force d’en voir des critiques archi positives sur la blogo, je me suis finalement laissée tenter, alors que sans tous ces avis positifs, je ne l’aurais jamais lu, le résumé ne m’intéressant franchement pas.

Au final, j’ai passé un très bon moment de lecture, mais le roman n’est pas exempt de défauts. L’intrigue est un peu fouillis à résumer : c’est l’histoire d’un jeune écrivain, Marcus, porté aux nues pour un premier roman qui a fait de lui une star. Les attentes sur son second roman sont énormes, mais lui est complètement bloqué. Il décide donc d’aller passer quelques jours chez son ancien prof de fac et ami Harry Québert, lui aussi écrivain à succès, dans l’espoir d’y trouver l’inspiration. Mais le scandale éclate : le corps d’une jeune fille portée disparue depuis 30 ans est découvert dans le jardin d’Harry… Marcus va donc à la fois tenter d’innocenter son ami et d’écrire son fameux second roman par la même occasion.

La double intrigue (le roman de Marcus + l’enquête sur ce qui est arrivé à Nola, la jeune fille morte) permet à l’auteur de nous offrir un roman sans temps mort et sans longueur (sur 800 pages ce n’était pas garanti). On est pris par l’envie de voir Marcus réussir à écrire son bouquin, et surtout à comprendre ce qui s’est passé entre Nola et Harry. C’est très prenant, intriguant, bref, de ce côté-là, rien à redire. Un vrai page-turner en somme. Le livre peut plaire à la fois aux amateurs de polars et de contemporain, puisqu’il mêle assez habilement les deux genres. Le côté policier reste soft, pas d’élément vraiment super dur qui pourrait en rebuter certains (perso, j’aime bien quand c’est très noir, mais bon ^^). En ce qui concerne l’enquête en elle-même, Joel Dicker nous mène de pistes en pistes et brouille notre perception de l’affaire à chaque chapitre ou presque. Arrivé à la fin, on ne sait plus qui peut être coupable ou pas. Et ça, c’est plutôt cool ! c’est toujours mieux que de deviner tout de suite qui est le tueur.

Je vois beaucoup que le roman est une satire de la société américaine/des années 70, un portrait de l’amérique rurale, etc. Pour moi, ce n’en est pas une, mais ça n’engage que moi. Certes, le roman se passe dans une petite ville des Etats Unis, mais pas de quoi en faire un portrait ou une satire pour autant.

Au niveau des points négatifs par contre, comme d’autres lecteurs avant moi, j’ai tiqué sur le style de Joel Dicker. Pas l’intégralité du roman comme certains (un des reproches que je vois souvent, c’est qu’il est mal écrit, avec un style très simple) ; de mon côté, l’écriture en elle-même ne m’a pas dérangée, c’est simple mais ça évite un texte trop ‘lourd’ sur 800 pages. Par contre, les dialogues, ça n’allait pas du tout, et surtout ceux entre Nola et Harry, qui sont à pleurer de niaiserie ! Je trouve aussi que la fin est brouillonne. La multiplication des pistes passait très bien au fur et à mesure, mais l’auteur est parti dans tous les sens à la fin, ça en devient complètement improbable et peu crédible. Du coup, petite déception. Mais c’est vrai que dans l’ensemble j’ai tout de même passé un très bon moment de lecture 🙂

En résumé: bon-livre-bis

7 réflexions au sujet de « La vérité sur l’affaire Harry Québert – Joël Dicker »

  1. J’avais vraiment beaucoup aimé roman, tout comme son dernier où l’on retrouve Marcus ! 🙂 Par contre moi j’avais aimé le style de l’auteur, je trouve que c’est fluide et pas « prise de tête » comme certains auteurs où l’on sent qu’ils cherchent à en mettre plein la vue… :/

  2. J’avoue avoir bien aimé ce récit. Même si il y a quelques invraisemblances relationnelles. Malgré cela il n’y a pas de temps mort dans la narration qui avance néanmoins à un rythme assez lent . Le suspense est un peu le fil rouge du climat de tension qui plane sur l’ensemble . En conclusion : à lire en se laissant aller au fil de l’eau pour passer un bon moment. Je lirais volontiers un autre roman de cet auteur que tu m’as fais découvrir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *