Wild – Cheryl Strayed

wild

Synopsis: 

Lorsque, sur un coup de tête, Cheryl Straye enfile son sac à dos, elle n’a aucune idée de ce qui l’attend. Tout ce qu’elle sait, c’est que sa vie est un désastre. Entre une mère trop aimée, brutalement disparue, un divorce douloureux et un lourd passé de junky, Cheryl vacille. Pour tenir debout et affronter les fantômes de son passé, la jeune femme n’a aucune réponse, mais un point de fuite : tout quitter pour une randonnée sur le « Chemin des crêtes du Pacifique ». Lancée au coeur d’une nature immense et sauvage, seule sous un sac à dos trop lourd, elle doit avancer pour survivre, sur 1700 kilomètres d’épuisement et d’effort, et réussir à atteindre le bout d’elle-même. Une histoire poignante et humaine, où la marche se fait rédemption.

image9 bis

Mon avis: 

J’avais vu le film Wild et j’avais apprécié mais j’avais un peu tiqué sur les flash backs. Au final, j’ai largement préféré le livre. Nous suivons l’histoire de Cheryl, qui a perdu sa mère 4 ans plus tôt et qui a beaucoup de mal à faire son deuil. Elle trompe son mari avec n’importe qui, se retrouve avec un type louche qui la fait plonger dans la drogue, divorce, bref, sa vie n’est vraiment pas rose. Pour redonner un sens à sa vie et se retrouver, elle décide de réaliser seule le PCT (Pacific Crest Trail), une randonnée de plusieurs mois qui longe la côté Ouest des Etats Unis, du Mexique au Canada.

Par son manque de préparation, Cheryl va considérablement souffrir physiquement pendant le PCT; son sac est beaucoup trop lourd, elle n’a jamais réalisé de longues marche et n’a pas l’habitude de marcher aussi longtemps, ses chaussures sont trop petites et lui font atrocement mal aux pieds… Sans côté les trop petites sommes qu’elle a mises de côté et qui s’épuisent trop vite lors de ses étapes. Bref, sa vie sur le PCT n’est pas un long fleuve tranquille; mais, à l’exception d’une poignée de rencontres désagréables, Cheryl va rencontrer tout au long de son périple d’autres randonneurs avec qui elle va partager des bouts de chemin, de belles rencontres vont jalonner sa route.

Le temps qu’elle passe seule, elle le met à profit pour réfléchir sur elle-même, c’est une sorte d’auto-analyse pour elle, un voyage cathartique qui va lui permettre de mieux se comprendre pour mieux lâcher prise sur ce qui la bouffe de l’intérieur depuis la mort de sa mère. Cheryl va se dépasser à tous les niveaux (psychologiques et physiques) pour guérir ses propres blessures. C’est un très beau texte, dont la dimension « tout plaquer pour partir » fait vraiment écho en moi (étant donné que j’y pense à peu près 15 fois par jour). Les flash-back m’ont paru beaucoup mieux intégrés que dans le film et permettent de prendre un peu de hauteur sur le quotidien du PCT. A lire ou voir si vous ne connaissez pas!

En résumé: Image7

17 réflexions au sujet de « Wild – Cheryl Strayed »

  1. J’ai toujours beaucoup entendu parler de ce roman mais j’avoue ne jamais avoir lu une seule critique à son sujet. On en parlait « trop » à mon goût. Et pourtant, me voilà à lire ta chronique, à adorer ce que tu dis du roman et à l’ajouter à ma wish-list. Je suis quelqu’un de faible… En tout cas, ce côté « je plaque tout et je me barre d’ici réfléchir à ma vie » me tente beaucoup. C’est quelque chose que j’ai d’ailleurs souvent envie de faire (c’est bien évidemment impossible…) et une pensée qui doit souvent passer dans la tête de bien des esprits. Une très belle chronique !

    • merci! je ne pense pas que ça soit impossible pour ma part, c’est plus une question d’organisation et de priorités ^^ mais n’hésite pas à le lire ou à regarder le film, ça fait réfléchir!

  2. Ping : Bilan #20 – Août 2016 | Les chroniques de Totoro

  3. Si je n’avais pas lu ce livre avant d’avoir prit connaissance de ta chronique , j’avoue que je me serais jeter sur cette jolie aventure personnelle tant ton avis fait envie . Et oui je partage complètement ton analyse et sans pour autant faire ce genre de défit , pousser à l’Extrême sur les chemins d’un immense G.R , il me semble que plus modestement , la vie nous donne bien souvent l’occasion de nous éloigner de nous même pour mieux nous retrouver ensuite .
    Jolie chronique

  4. J’avais aussi beaucoup apprécié le livre, qui m’a fait énormément réfléchir. Par contre, le film, j’ai eu l’impression d’avoir un minuscule condensé, qui passait à toute vitesse… :/

  5. Je l’ai lu et j’ai adoré, par contre le film m’a déçu, j’ai trouvé qu’il ne sublimait pas assez les paysages, alors qu’il y a quelques belles descriptions dans le livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *