Grey (Fifty shades, tome 4) – E.L. James

grey

Synopsis: 

france Christian Grey contrôle tous les aspects de sa vie : son monde est ordonné, organisé et désespérément vide, jusqu’au jour où Anastasia Steele tombe la tête la première dans son bureau. Il tente de l’oublier, mais il est emporté dans un tourbillon d’émotions qui le dépassent. À l’inverse des autres femmes, Ana l’ingénue semble lire en lui à livre ouvert, et deviner un cœur d’homme blessé derrière l’apparence glacée du magnat des affaires. Ana pourra-t-elle effacer les horreurs que Christian a connues dans son enfance et qui ne cessent de le tourmenter? Ou est-ce que la face sombre de la sexualité de Christian, son goût exacerbé du pouvoir et le peu d’estime de soi qui le consument auront raison des sentiments de la jeune femme ?

Image1 Christian Grey exercises control in all things; his world is neat, disciplined, and utterly empty—until the day that Anastasia Steele falls into his office, in a tangle of shapely limbs and tumbling brown hair. He tries to forget her, but instead is swept up in a storm of emotion he cannot comprehend and cannot resist. Unlike any woman he has known before, shy, unworldly Ana seems to see right through him—past the business prodigy and the penthouse lifestyle to Christian’s cold, wounded heart. Will being with Ana dispel the horrors of his childhood that haunt Christian every night? Or will his dark sexual desires, his compulsion to control, and the self-loathing that fills his soul drive this girl away and destroy the fragile hope she offers him?

image9 bis

Mon avis: 

france Beaucoup de choses ont déjà été dites sur ce quatrième opus de Fifty shades, et je ne vais rien ajouter d’original, puisque mon avis rejoins globalement tout ce que j’ai pu lire auparavant à ce sujet. En introduction, je précise tout de même que je fais partie des gens qui avaient beaucoup aimé la lecture des 3 premiers (oui, ça existe… j’ai l’impression d’être un peu seule sur ce coup-là sur la blogo, mais c’était la première fois que je lisais une romance érotique, je découvrais le genre et franchement, j’ai bien aimé. On lui reproche sa pauvreté en terme de vocabulaire et de style, j’ai envie de répondre que ce n’est pas le but pour ce type d’histoire. C’est de la lecture détente qu’il faut savoir prendre comme telle… bref, passons à ce tome-ci :)). Quand j’ai su qu’il allait y avoir une version écrite du point de vue de Christian, j’étais ravie; je voulais acheter les 3 premiers en VO et je me suis dit que le timing était parfait pour que je lise au moins celui-là en anglais. Et puis je suis partie quelques jours à New York, et au moment du vol retour à l’aéroport, il me restait des dollars à dépenser, je suis allée dans une boutique et j’ai acheté ça 🙂

Il m’aura fallu 9 mois et demi pour me décider à le lire, parce que je savais qu’une fois que je l’aurais commencé, je devrais me lancer dans les autres livres en VO que j’ai acheté depuis, et ça m’angoisse un peu car je lis terriblement lentement en VO et ça me frustre beaucoup. Je suis arrivée à un seuil critique de 18 livres VO que je voudrais lire avant la fin de l’année, donc il est temps de m’y mettre!

Je dois donc dire que les premières centaines de pages ont été difficiles au niveau de la langue (pas parce que je ne comprends pas le vocabulaire, mais vraiment pour essayer d’avoir une lecture assez fluide et pas trop ralentie…). Ca faisait vraiment longtemps que je n’avais plus rien lu en VO. Après, je me suis laissée porter par l’histoire. On connait déjà le point de vue d’Ana, donc aucune difficulté de compréhension niveau intrigue (ce n’est pas bien compliqué en même temps). Les passages avec la « déesse intérieure » d’Ana (qui m’agaçaient dans les premiers) sont remplacés ici par des rêves-flash backs de l’enfance de Christian (qui ne m’ont pas beaucoup plus intéressée ^^’, à la limite j’aurais préféré assister à plus de discussions avec son psy). Mais avoir son point de vue à lui le rend plus humain et plus attachant. J’ai aussi été frappée par les tics de langage de Christian (ou les tics d’écriture de l’auteur…?), avec ses expressions récurrentes « showtime, Grey » « game on, Grey » (quand il se parle à lui même), ou sa manie d’appeler Ana « baby », par exemple.

En dehors de ces points négatifs, j’ai retrouvé ce qui me plaisait dans les 3 premiers, à savoir la relation électrique entre les 2 protagonistes, qui personnellement me fait un peu rêver (oui, je suis carrément en mode midinette avec Christian ^^), et puis surtout, leurs échanges mails: j’adore! Bien sûr, ce sont les mêmes que dans le premier tome, mais je les ai lus il y a 3 ans et demi, donc ça ne m’a pas dérangée. C’est sûr qu’on apprend pas grand chose de neuf, et que ceux qui n’avaient pas aimé les premiers n’aimeront pas plus celui-ci, mais quand on a apprécié la trilogie, c’est une sorte de tome bonus sympa sur lequel je ne crache pas 🙂

Image1 Many things have already been said about this 4th book of the Fifty shades series, and I’m not gonna add anything original, since my opinion is in accordance with what I’ve previously read. As an introduction, I would like to specify that I am part of those people who had loved the first 3 books (yeah, it exists… I feel like I’m a bit on my own on this one, but it was the first time I ever read an erotic romance, I was discovering the genre and frankly, I liked it. Some say it is poorly written but I would like to emphasize that a good writing is not the main purpose for such stories. It really is a leisure kind of book and it must be embraced that way 🙂 anyway, let’s talk about this one :)). When I found out there was gonna be a Christian version of the story, I was delighted; at the time, I wanted to buy the trilogy in english to re-read them, and I thought the timing was perfect for me to at least read this one in english. And then I’ve been to New York for a few days, and just before I caught my flight back home, I still had some cash on me, I went to a little shop at the airport and bought the book 🙂

It took me 9 and a half month to finally read it, because I knew that when I would have started it, I would have to start my other english books I’ve bought since this one, and I’m a bit nervous about it, because I’m terribly slow when I read in english, and it’s really frustrating for me. But I’m come to a big TBR pile of 18 english books that I would like to read before the end of the year, so it was time to start!

I must say that the first hundreds pages have been tough regarding the language (not because I don’t understand the word, but really to try to read fluently and not too slowly..). It was really a long time since my last english read. After a while, I just got carried away by the story. We alreadly know Ana’s point of view, so nothing difficult to get regarding the plot (quite easy anyway). The moments with Ana’s »inner goddess » (which annoyed me in the first books) are replaced by some flash back dreams of Christian’s childhood. Unfortunately, it did not interest me more ^^’. I think I would have preferred more of the discussions with his psychiatrist. But having his point of view does make him more humane and endearing. I’ve also been struck by Christian’s verbal tics (or the author’s writing tics…?), with his recurrent expressions such as « showtime, Grey », « game on, Grey » (when he talks to himself), or his habit of calling Ana « baby ».

Besides those negatives remarks, I’ve found what I’ve liked in the first books, especially the chemical relationship between the two characters (I dream of such a relationship – yes, I am totally a Christian groupie) and also their e-mails, which I just love! Of course, they are the same ones as in the first book, but I’ve read this 3 and a half years ago, so it did not bother me. Obviously we don’t learn new stuff much, and those who did not like the trilogy will not like this one more, but when you did enjoy the first books, it’s a sort of cool bonus :)

En résumé: Image5

7 réflexions au sujet de « Grey (Fifty shades, tome 4) – E.L. James »

  1. Ping : Before (After, tome 5 (VO), tome 6 (VF)) – Anna Todd | Les chroniques de Totoro

  2. Personnellement, je n’ai pas aimé la série, pas tant à cause du vocabulaire / du style (effectivement, je ne le trouve pas très « bien » écrit, mais comme tu le dis, c’est supposé être une lecture détente, pas une où on réfléchit au sens de chaque phrase) mais à cause de Grey et de sa relation hyper malsaine avec Ana (elle-même étant assez insupportable de cruchitude à mon goût) et les femmes en général. Je ne parle pas sur le plan sexuel, hein, mais bien au niveau de son comportement.
    Du coup, aucune chance que ce tome-là me plaise davantage vu que c’est lui le héros…
    (mais je te rassure, tu n’es pas la seule à avoir aimé vu les ventes que la série a généré !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *