La Terre en rond – Jean-Claude Baudot et Jacques Séguéla

la terre en rond

Synopsis:

Partis de Paris le 9 octobre 1958 avec leur 2 CV, les auteurs y reviennent le 12 novembre 1959, après avoir parcouru 100.000 km, traversant huit déserts, cinquante pays, passant trois cent cinquante nuits à la belle étoile et deux mille deux cent quarante sept heures au volant.

image9 bis

Mon avis:

La Terre en rond, c’est un bouquin publié en 1960 (peu voire pas réédité depuis, en tout cas je n’en ai pas trouvé beaucoup de traces), et c’est surtout un livre de mon père, qu’il m’a prêté très récemment en me confiant l’avoir lu et relu quand il était plus jeune, fasciné par les aventures autour du monde des deux auteurs. Au courant de mes projets de voyage, il s’est dit que la lecture de l’ouvrage pourrait m’intéresser. Il ne s’est pas trompé (même si je lis très peu de récits de voyages au final).

La Terre en rond, c’est le récit du tour du monde des deux auteurs, réalisé alors qu’ils avaient 24-25 ans, en 1958-1959. Ils sont partis en 2CV et ont traversé tous les continents avec leur petite voiture. Le livre, écrit dans l’ordre chronologique, alterne les chapitres « récit de voyage », les chapitres « anecdotes » et des pages avec des photos. A la fin, on trouve des annexes (liste de matériel emporté, plan de la 2CV par exemple).

Ce que j’ai aimé avec ce livre, c’est le côté à la fois très suranné et à la fois très actuel du récit. Par bien des aspects, on se rend compte qu’un tour du monde dans les années 50 et un tour du monde aujourd’hui n’a plus grand chose à voir. Et puis, en même temps, finalement, le fond du truc n’a pas du tout changé: les rencontres improbables mais magiques qu’on peut faire, finalement, quelle que soit l’époque, ça existera toujours, et c’est ce qui fait la richesse de ce type de voyages. 

J’ai beaucoup aimé les anecdotes en fin de chaque chapitre, elles donnent une vision plus vivante au récit. Je vous en mets une pour l’exemple: ‘Nous quittons le campement. « Tu vas loin? » demande un jeune enfant targui. « Je fais le tour du monde ». « C’est loin, le monde?« ‘. Je retiendrai de leur récit leurs difficultés aux douanes du monde entier (et ça, je pense que c’est toujours d’actualité), et les deux japonaises qui ont cru les épouser au Brésil x)

En tout cas, une chose est sûre, ce genre de récit me conforte complètement dans l’idée de faire un tour du monde moi-même. Je m’imagine tout à fait à la place des deux auteurs, et j’étais jalouse de ne pas être à leur place tout au long du récit ^^.

En résumébon-livre-bis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *