Central Park – Guillaume Musso

central park

Synopsis: 

New York, huit heures du matin. Alice, jeune flic parisienne, et Gabriel, pianiste de jazz américain, se réveillent menottés l’un à l’autre sur un banc de Central Park. Ils ne se connaissent pas et n’ont aucun souvenir de leur rencontre. La veille au soir, Alice faisait la fête avec ses copines sur les Champs-Élysées tandis que Gabriel jouait du piano dans un club de Dublin. Impossible ? Et pourtant… Les questions succèdent à la stupéfaction. Comment se sont-ils retrouvés dans une situation aussi périlleuse ? D’où provient le sang qui tache le chemisier d’Alice ? Pourquoi manque-t-il une balle dans son arme ? Pour comprendre ce qui leur arrive et renouer les fils de leurs vies, Alice et Gabriel n’ont pas d’autre choix que de faire équipe. La vérité qu’ils vont découvrir va bouleverser leur existence…

image9 bis

Mon avis: 

Musso est un auteur que j’ai découvert adolescente, à l’époque de ses premiers romans, que j’empruntais à mon père avec les Marc Lévy. J’aimais bien, mais au bout d’un moment, j’ai fini par avoir l’impression qu’il utilisait toujours les mêmes ficelles et qu’on tournait un peu en rond de livre en livre. Le dernier que j’avais lu de lui, c’était La fille de papier – beaucoup de mes proches l’ont lu et ont adoré, alors que moi je n’ai pour le coup pas du tout aimé (c’est sujet à débat depuis longtemps d’ailleurs ^^). Après ça, j’ai fait une « pause Musso » et je me suis dit il y a quelques mois qu’il faudrait que j’en tente un nouveau, pour voir. J’ai jeté mon dévolu sur Central Park, qui a de bonnes critiques dans l’ensemble, qui semblait être plus un thriller qu’une romance +/- fantastique, qui se passe à Central Park donc (je suis allée à New York en septembre dernier)… et puis j’aime beaucoup la couverture toute simple de cette réédition.

Au final, c’est comme tous les Musso: ça se lit très facilement, très vite, on a du mal à le lâcher, on veut le fin mot de l’histoire, c’est très prenant. Pour autant, je ne pense pas qu’il m’en restera grand chose l’année prochaine. C’est comme une friandise: c’est agréable sur le moment sans que ce soit de la gastronomie, là c’est pareil, c’est une bonne lecture détente mais pas de la « grande littérature » (ça fait très élitiste de dire ça mais je ne vois pas comment formuler mon ressenti autrement =S), l’intrigue reste assez superficielle et ne creuse pas les choses.

L’auteur nous mène d’une situation étrange (deux inconnus se réveillent sans aucun souvenir, menottés l’un à l’autre dans Central Park, alors que la veille au soir, ils étaient respectivement à Paris et Dublin) à une course poursuite pour découvrir comment ils en sont arrivés là, en passant par des flash-backs sur une enquête sur un tueur en série. C’est haletant, et j’avoue que je n’avais pas vu venir l’explication finale, une de celles qui éclairent l’ensemble d’un roman d’un jour nouveau. L’extrême fin par contre est de trop, c’est bien du Musso, un peu dégoulinant de bons sentiments, ce n’était ps nécessaire…

En bref, un roman qui fait passer un bon moment, comme souvent avec Musso, mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable ^^

En résumé: Image5

17 réflexions au sujet de « Central Park – Guillaume Musso »

  1. Je ne suis pas vraiment branchée Musso. Même pas du tout. Mais bizarrement, j’ai envie de lire ce roman depuis un moment ! Le fait que ce soit un thriller et qu’il ait NY pour cadre sont quand même deux qualités qui me pousseront certainement à l’acheter avant de partir en vacances cet été !

  2. Coucou,
    J’avais adoré celui-ci ! Musso est un de mes auteurs chouchou et c’est vrai qu’il se lit très vite 🙂
    Ben alors ? Moi j’avais adoré la fille de papier ^^ C’est peut-être même mon préféré :p

  3. J’ai lu deux Musso dans ma vie et deux Lévy aussi, histoire de pas mourir bête, j’ai eu l’impression de lire quatre fois la même chose, j’ai abandonné depuis, je préfère encore lire de la grosse chick-litt bien baveuse ^^ si je veux vraiment me détendre xD Mais après je peux comprendre qu’on aime, ça passe tout seul, c’est sympa pour ça.

  4. « c’est une bonne lecture détente mais pas de la « grande littérature » »

    Je n’ai jamais lu de Musso, et c’est notamment parce que cette phrase que tu as utilisé décrit pour moi ce genre d’auteur qui publie 20 romans par an (ok j’exagère)…

    J’aime bien les romans légers attention, mais là comme tu dis je pense qu’on doit se lasser à force, et un peu trop connaitre les astuces de l’auteur…

    Bref je parle sans savoir, à tester un jour peut-être…

  5. Je suis une fidèle lectrice de Guillaume, donc je ne pense pas être totalement objective, mais par contre, je comprends tout à fait qu’on puisse ne pas accrocher ! 😉 Et comme toi et comme avec Marc Levy, j’ai trouvé à un moment donné qu’il s’accrochait trop au fil rouge qui marche à tous les coups dans ses romans (bien que je l’ai beaucoup plus ressenti avec Marc). Mais j’apprécie beaucoup le revirement vers le policier / thriller chez Guillaume. C’est un style qui lui va très bien et c’est un pari plus que réussi avec son dernier roman ‘La Fille de Brooklyn’, que je te conseille tout de même ! 😉
    Sinon, comme toi j’ai beaucoup aimé ‘Central Park’, et comme à chaque fois, j’avais été scotchée par le final !

    Par contre, je suis comme tes proches à avoir adoré ‘La Fille de Papier’, ça reste d’ailleurs mon préféré de Guillaume, jusqu’à maintenant ! 🙂

    • et moi c’était le seul que j’avais eu du mal à finir tellement je n’aimais pas x) (alors que les autres j’aimais bien, c’est juste que ce n’était pas transcendant mais ça restait sympa). Mais tout le monde a l’air d’accord sur celui-là donc je pense que c’est moi qui bug ^^

      Je pense que je tenterai La fille de Brooklyn, il me semble que mon père l’a acheté, je lui emprunterai 🙂

  6. Je suis d’accord avec toi sur le fait que certains auteurs écrivent des romans avec les mêmes mécaniques qui ont marchés auparavant et c’est vraiment dommage car on apprécie moins l’écriture de Musso ( c’est pas pour autant que je n’ai pas craqué sur le dernier sorti ah ah^^ ).

    Je te rejoins sur ton avis concernant cette lecture, c’est prenant mais cette fin fût extrêmement décevante pour moi.. J’ai halluciné et quand j’y repensais je me disais; oui mais « La fille de papier » que tu aimes tant c’est pareil aussi ! Une fin rocambolesque qu’on ne voit vraiment pas venir et qui peut déconcerter.. Je pense que si j’ai tant adoré « La fille de papier » c’est surtout parce que c’était mon 1er Musso.. La magie avait vraiment opérée à cette lecture 😉

    Et moi aussi j’adore cette réédition pour laquelle je n’ai pas su résister ah ah.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *