Trois jours et une vie – Pierre Lemaitre

trois jours et une vie

Synopsis: 

A la fin de décembre 1999, une surprenante série d’événements tragiques s’abbatit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt. Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir. Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien…

image9 bis

Mon avis: 

Trois jours pour une vie est le dernier roman de Pierre Lemaître, prix Goncourt en 2013 et auteur de plusieurs polars (dont l’excellent « Alex »). La curiosité m’a poussée à me pencher sur celui-ci, mais j’en ressors assez circonspecte.

L’histoire se déroule dans un village; en 1999, Antoine, un collégien qui a l’habitude de jouer dans la forêt avec le chien de ses voisins, voit sa vie bouleversée. En effet, le chien en question se fait renverser par une voiture et le voisin l’achève devant lui d’une balle dans la tête. Très en colère, Antoine se réfugie en forêt, où le fils des mêmes voisins, Rémi, âgé de 6 ans, le retrouve. Antoine, qui en veut au père du petit pour la mort du chien, s’énerve contre Rémi et le tue accidentellement. C’est le point de départ du roman ; entre cauchemars fantasmés sur ce qu’il va lui arriver et traque réelle de l’assassin, que va-t-il se passer pour Antoine ? va-t-il être confondu pour ce qu’il a fait ?

Le roman est très court ; c’est plus un drame contemporain qu’un thriller. On tremble avec Antoine en se demandant ce qu’il va lui arriver ; mais tous les autres personnages ne sont que survolés (le roman est trop court pour qu’ils soient tous traités efficacement par l’auteur) et même Antoine manque cruellement de charisme. Il angoisse tout le long du livre, mais ne fait pas grand-chose et se laisse porter par les évènements. L’ensemble n’est pas désagréable à lire mais manque clairement de quelque chose pour en faire une lecture complètement convaincante. En fait, je n’ai pas bien compris où l’auteur voulait en venir avec l’histoire. Veut-il nous faire réfléchir sur ce qu’il conviendrait de faire à Antoine s’il était attrapé par la police, vu son jeune âge au moment des faits ? nous parle-t-il plutôt de culpabilité ? je ne sais pas bien. Bref, je ne sais pas trop quoi penser de cette lecture.

En résumé: Image4

23 réflexions au sujet de « Trois jours et une vie – Pierre Lemaitre »

  1. Je n’ai lu que « Alex » de cet auteur et je n’ai pas DU TOUT aimé, du coup je n’ai jamais retenté… et j’avoue ne pas du tout en avoir envie ^^

  2. Pour ma part, j’ai vu trop de chroniques mitigées, comme la tienne, pour le lire tout de suite. Je vais sans doute attendre sa sortie en poche ou voir si je mets la main dessus en bibliothèque !

  3. Malgré ton avis mitigé, c’est un auteur que j’aimerais découvrir. Je n’ai encore rien lu de lui, alors que j’en ai beaucoup entendu parler. Peut-être pas avec celui-ci par contre!

  4. Tu n’a pas trouvé que la tempête est un peu sorti de nulle part ? Comme un cheveu dans la soupe ? Style « Oh tiens, mais… Tant mieux pour moi ! »

  5. Ce roman est dans ma wish-list, car j’ai adoré ‘Au revoir là-haut’ et j’étais vraiment curieuse de découvrir un autre roman de cet auteur. Mais j’avoue que ton avis me fait hésiter maintenant ! ^-^
    A voir si l’occasion se présente, sinon j’attendrai de l’emprunter à la bibliothèque ou de l’acheter en poche ! ^-^

    • justement, je n’ai pas lu Au revoir là-haut (le synopsis ne me tente pas du tout), mais ses polars Alex et Robe de marié sont très bons par contre!

  6. J’ai lu parce que tu m’as donné envie de lire grâce a ton point d’interrogation. Et j’ai aimé ce roman écrit comme un fait divers. Tel que le sujet est traité, cela m’a fait pensé à « l’effet papillon ». En effet, le véritable coupable n’est pas celui que l’on connait mais le routier qui a renversé le chien ! C’est lui qui est a l’origine de tout. Il est le premier domino qui fait tomber les autres. Alors la vrai question n’est elle pas : Coupable et responsable, ou responsable seulement , ou encore coupable tout simplement ? oui mais , l’essentiel n’est ce pas plutôt : Et ma conscience dans tout ça ? En conclusion je relirais du Pierre Lemaitre et si je peux me permettre, ne passe pas à coté du très bon : « Au revoir la haut » .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *