De force – Karine Giebel

de force

Synopsis: 

De mère indigne. Et de père inconnu. Lorsque j’arrive devant la porte de mon ancienne chambre, ma main hésite à tourner la poignée. Je respire longuement avant d’entrer. En allumant la lumière, je reste bouche bée. Pièce vide, tout a disparu. Il ne reste qu’un tabouret au centre de la pièce. J’essuie mes larmes, je m’approche. Sur le tabouret, une enveloppe. Sur l’enveloppe, mon prénom écrit en lettres capitales. Deux feuilles. Ecrites il y a trois mois. Son testament, ses dernières volontés. Je voulais savoir. Maintenant, je sais. Et ma douleur n’a plus aucune limite. La haine. Voilà l’héritage qu’elle me laisse.

image9 bis

Mon avis: 

D’après les avis que j’ai pu lire avant d’attaquer moi-même le bouquin, De force est sympa mais clairement pas le meilleur de Giébel. Je dois avouer que je rejoins franchement cette opinion : je l’ai lu facilement et sans problème, mais c’est le moins bon de l’auteur que j’ai pu lire jusqu’à présent et franchement je suis déçue.

Si d’habitude son style incisif me plait beaucoup, je l’ai trouvé un peu trop poussé ici. L’auteur enchaine tellement les phrases courtes à formulation percutante que ça en devient trop. J’avais l’impression qu’il n’y avait plus que ça et ça m’a un peu gênée.

Dans ses autres romans que j’ai pu lire (Juste une ombre, Meurtres pour rédemption, Les morsures de l’ombre et Purgatoire des innocents), l’histoire et la fin étaient toujours hyper noirs, et j’adore. Et Giébel a le chic pour écrire des fins géniales et surprenantes. Là, j’ai trouvé l’ensemble beaucoup plus « gentillet » et cousu de fil blanc: dès la page 40, j’avais deviné la fin. Bien sûr, pas tous les tenants et les aboutissants, mais globalement j’avais compris la révélation finale ; du coup, j’espérais me tromper, j’espérais me faire balader par l’auteur, et finalement non… il y a tellement de sous-entendus dans le livre que le dénouement parait évident du début à la fin. En dehors de ça, l’intrigue m’a moins intéressée, je trouve qu’elle manque d’enjeux et d’ampleur, et je n’ai pas du tout réussi à m’attacher aux personnages. On est presque dans un huis-clos au final, il y a très peu de protagonistes et aucun ne m’a été sympathique, entre le patriarche libidineux et tout-puissant, les trois femmes de la maison (la fille droguée, la belle-mère qui refuse de vieillir et la domestique) qui veulent se taper le garde du corps et lui justement, faussement mystérieux alors qu’on comprend très vite ce qu’il cache…

Vous l’aurez compris, clairement je n’ai pas passé un moment de lecture transcendant. Pourtant ça n’a pas été une lecture horrible non plus, mais l’auteur nous a habitués à tellement mieux que j’en attendais sûrement trop

En résumé: Image1

31 réflexions au sujet de « De force – Karine Giebel »

  1. Clairement, Meurtres pour rédemption est pour moi le meilleur de ses livres. Les larmes aux yeux et le ventre en boule à la fin !
    Mais malgré tout celui-ci se lit bien et j’ai été tenue en haleine jusqu’à la fin, même si certaines choses sont assez évidentes 🙂

    • l’auteur en a écrit des excellents (Purgatoire des innocents et Meurtres pour rédemption en tête +++) mais celui-ci n’est vraiment pas son meilleur..

  2. Pour ma part, lorsque je vois sur la blogosphere un roman dont tout le monde parle j’hesite desormais a faire confiance. Je parle en connaissance de cause suite a la deception avec « la fille du train » . Cela dit j’ai lu il y a pasz longtemps un roman de Karine Giebel et j’avais adoré 😉

    • j’ai une amie qui m’a fait un tableau apocalyptique de La fille du train justement 😉 du coup je vais attendre sa sortie poche pour me pencher dessus! lol

  3. Ah dommage pour cette déception… Moi j’ai beaucoup aimé mais je dois dire que je n’ai pas beaucoup pour comparer car je n’ai lu que Juste Une Ombre… qui m’avait beaucoup déprimée :-/ Il faudrait que je lise ses autres romans!

    • Juste une ombre est justement le seul autre de ses livres auquel je n’avais pas trop accroché! lol. Elle en a écrit des bien meilleurs!

    • elle a écrit des chefs d’oeuvres vraiment.. mais celui là n’en fait pas partie 🙁 du coup, si tu aimes déjà celui-là: tant mieux, si tu n’aimes pas, que ça ne t’empêche pas de lire les autres qui sont vraiment excellents 🙂

  4. J’aime bien Karine Giebel mais ça dépend vraiment de ce qu’elle écrit! Autant j’ai adoré Juste une Ombre, autant Purgatoire des Innocents était une horreur à lire (j’ai vu que c’était ton préféré, ooops). Je ne sais donc vraiment pas à quoi m’attendre à chaque lecture!

    • et justement, Juste une ombre m’avait laissée perplexe, je ne savais pas dire si j’avais aimé ou pas 🙂 mais je comprends qu’on puisse ne pas aimer Purgatoire des innocents, c’est assez hard! Je viens juste de commencer « Jusqu’à ce que la mort nous unisse » et pour le moment je suis perplexe..

  5. Bonjour,
    oulala ca me motive vachement dis donc ! ! Enfin bon je me tres bien le ressentir differemment mais l’avenir le dira vu que je viens tout juste de le commencer.

  6. Ping : Jusqu’à ce que la mort nous unisse – Karine Giebel | Les chroniques de Totoro

  7. Je n’ai pas eu de problème avec l’écriture de l’auteur et j’ai quand même apprécié ma lecture, mais comme toi, après avoir lu peu de pages, j’avais deviner la fin. Au début, j’avais trouvé une ressemblance avec Juste une ombre, mais De force n’est clairement pas au niveau, que ce soit pour l’intrigue ou pour les personnages.

Répondre à Ludo Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *