Le pays du nuage blanc (Gwyneira McKenzie, tome 1) – Sarah Lark

PicMonkey Collage

Synopsis:

«Église anglicane de Christchurch (Nouvelle-Zélande) recherche jeunes femmes honorables pour contracter mariage avec messieurs de notre paroisse bénéficiant tous d’une réputation irréprochable.»

Londres, 1852. Hélène, préceptrice, décide de répondre à cette annonce et de tenter l’aventure. Sur le bateau qui la mène au Pays du nuage blanc, elle fait la connaissance de Gwyneira, une aristocrate désargentée promise à l’héritier d’un magnat de la laine. Ni l’une ni l’autre ne connaissent leur futur époux. Une nouvelle vie – pleine d’imprévus – commence pour les deux jeunes femmes, qu’une amitié indéfectible lie désormais…

image9 bis

Mon avis:

Le pays du nuage blanc est un roman qui me faisait de l’œil depuis sa sortie. A l’époque en grand format (donc cher) et souffrant de critiques le taxant de longueurs, j’avais préféré faire l’impasse. Désormais, il existe en poche et j’ai fini par craquer, en le demandant pour Noël. Grand bien m’en a pris : c’est un vrai coup de cœur 😀

Ce premier tome a tous les ingrédients d’une grande saga historico-familiale, à la manière des fresques historiques de Ken Follett. L’accent est clairement mis sur les personnages féminins ; nous sommes au milieu du XIXème siècle et deux anglaises (Hélène, 27 ans, préceptrice, et Gwyneira, 17 ans, héritière désargentée) vont se retrouver sur un bateau en partance pour la Nouvelle Zélande, où elles se rendent pour rencontrer leurs futurs époux. Hélène a répondu à une annonce dans un journal (celle citée dans le synopsis), tandis que Gwyneira a été jouée – et perdue – par son père à une partie de poker ! Aucune des deux n’a la moindre idée de ce qui les attend de l’autre côté du monde.

Si le roman s’ouvre avec Hélène et commence par alterner les passages entre les deux jeunes femmes de façon égale, l’accent est de plus en plus mis sur Gwyneira au fur et à mesure du roman (dommage, car j’aimais beaucoup Hélène, c’est le seul petit bémol que j’ai à signaler). Hélène, très à cheval sur les convenances, va-t-elle rencontrer l’époux qui lui envoie de si amoureuses lettres ? Quant à Gwyneira, beaucoup plus aventureuse et au caractère bien trempé, va-t-elle tomber sur un mari accommodant qui la laissera vivre comme elle l’entend ? En dire plus serait gâcher le plaisir ; ce que je présente là correspond aux 200 premières pages du livre (la rencontre avec les maris ayant lieu vers la page 180). L’ensemble se déroule sur une vingtaine d’années (et les tomes suivants se centreront sur les générations suivantes, les descendants d’Hélène et Gwyneira).

Ce roman a tout pour plaire aux amateurs du genre : des personnages forts, une intrigue qui mêle habilement la petite histoire et la grande (notamment en ce qui concerne l’émancipation progressive des Maoris en Nouvelle Zélande et l’implantation des colons dans ce pays au XIXème siècle), une belle écriture porteuse d’un vrai souffle épique, des secrets et des révélations, des familles rivales, de l’amour et du sexe, bref, vraiment, on ne s’ennuie pas du tout à la lecture de ce pavé – j’ai d’ailleurs du mal à comprendre ceux qui lui ont trouvé des longueurs ! Il est prenant et palpitant d’un bout à l’autre (même si c’est vrai qu’il a fallu que les filles embarquent sur le bateau avant que je ne me sente vraiment « dedans ») et je n’ai pas réussi à le lâcher une fois commencé ! Il m’a également permis de découvrir un peu plus la Nouvelle Zélande et son histoire (à part que Le Seigneur des Anneaux y a été tourné, je ne connaissais pas grand-chose sur ce pays) et j’aime quand un roman m’instruit en même temps qu’il me divertit. Bref, je vais clairement m’empresser d’aller acheter le tome 2, et je conseille la saga à tous les amateurs de romans historiques !!

En résumé: Image8

13 réflexions au sujet de « Le pays du nuage blanc (Gwyneira McKenzie, tome 1) – Sarah Lark »

  1. Cela fait un moment que ce livre me tente moi aussi ^^ Mais je n’ai pas encore sauté le pas, j’avais peur que l’histoire soit un peu…longue car c’est quand même un pavé ! Ta critique me donne envie de craquer en tous cas ! 🙂

  2. Ce livre est dans ma PAL depuis janvier et…oh là là qu’est-ce qu’il me fait de l’oeil ! En plus, la couverture des éditions Archipoche est tellement belle…je trouve qu’elle donne envie de l’admirer ! ! ^^ Mais j’ai aussi très envie de voir ce qui se cache dessous et, pour l’instant, je n’ai lu que de très bons avis…exactement comme le tien, alors… ^^ Je vais me lancer rapidement, très rapidement !

    • je viens d’en lire un très négatif, qui trouve que les héroines n’ont pas de caractère ^^ mais moi j’ai vraiment aimé! après je pense que l’histoire des caractères c’est à remettre dans le contexte historique de l’époque. c’est vrai qu’elles ne se rebellent finalement pas vraiment, mais ce n’était pas non plus possible à cette époque-là…

  3. Je pense me laisser tenter c’est tout à fait le genre de romans historiques que j’affectionne et ta chronique me rappelle également qu’il faudrait que je sorte mon Ken Follet de ma Pal ^^

  4. Ca fait un moment que je veux le lire, et décidément je crois que je vais m’y mettre dès que que j’aurais fini ma lecture actuelle !!

  5. Ping : Le chant des esprits (Gwyneira McKenzie, tome 2) – Sarah Lark | Les chroniques de Totoro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *