Carnets noirs (Off-Ret Hodges, tome 2) – Stephen King

Article à part en ce dimanche de Pâques: la chronique qui suit vous est proposée par mon père 🙂

j’ai eu la possibilité de recevoir ce dernier roman de King en SP, mais je me suis rendu compte en le recevant que c’était le tome deux d’une série! Je n’avais pas lu le premier mais mon père, oui, donc je lui ai proposé de le lire et de le chroniquer à ma place. Voici donc pour vous la première chronique de mon papa, qui a pris sa mission très au sérieux 🙂

carnets noirs

Synopsis: 

En prenant sa retraite, John Rothstein a plongé dans le désespoir les millions de lecteurs des aventures de Jimmy Gold. Rendu fou de rage par la disparition de son héros favori, Morris Bellamy assassine le vieil écrivain pour s’emparer de sa fortune, mais surtout, de ses précieux carnets de notes. Le bonheur dans le crime ? C’est compter sans les mauvais tours du destin… et la perspicacité du détective Bill Hodges.

image9 bis

L’avis de mon père:

Je dirais pour commencer que ce Stephen King, qui est présenté comme le second volet d’une trilogie initiée avec «Mr Mercedes»,  ne nécessite pas d’avoir lu le premier volume pour comprendre et suivre avec intérêt le deuxième. En effet, les personnages essentiels  font le lien entre les deux histoires par les références au premier  tome, souvent cité, qui  sont le ciment qui lie les principaux protagonistes de cette suite. Alors n’hésitez pas, même si vous n’avez pas lu « Mr Mercedes », laissez-vous tenter par ces « Carnets noirs ».

L’histoire démarre sur les chapeaux de roue et il en est ainsi jusqu’à la fin de ce roman obsédant, dont l’obsession est une des clés au même titre que la lutte entre la fiction et le réel qui contribuent à une bataille  pour la possession d’un même trésor entre «  le bon et le méchant. » Vous l’aurez compris, ce nouveau polar  de Stephen King a des allures de western avec ses héros, ses vilains, son décor et ses péripéties nombreuses.

Si vous êtes vous-même un lecteur(rice ) assidu de Stephen King, vous ne pouvez pas ne pas songer au troublant «Misery»,  dont l’héroïne principale, après en avoir séquestré l’ auteur, n’a de cesse, par tous les moyens possibles, de lui faire modifier l’évolution de son personnage, qui va à l’opposé de ses propres souhaits.

En effet, dans ce deuxième volet, les similitudes obsessionnelles du  personnage principal, Morris Bellamy, agresseur de l’écrivain, s’apparente à cette quête.  Morris n’accepte pas et supporte encore moins ce que Rothstein  fait vivre à son héros. Aussi, l’apostrophe-t-il ainsi : «Pourquoi, au nom du ciel, t’as pas laissé Jimmy Gold tranquille ? Pourquoi il a fallu que tu le rabaisses à ce point ? Un homme capable de faire ça ne mérite pas de vivre.» Et il le tue, on pourrait presque dire « en toute simplicité » : effrayant !

Néanmoins, problème, car dans sa folie meurtrière, et pour fêter son forfait, l’assassin de Rothstein commet un autre acte délictueux et se voit condamné à de  nombreuses années derrière les barreaux. A  sa libération conditionnelle, 35 ans après son emprisonnement, il est toujours autant obsédé par sa malle, il n’a qu’une idée en tête : la retrouver  pour enfin posséder les carnets manuscrits pour lesquels il a tué à plusieurs reprises. Quand enfin il la retrouve, il ne peut que constater qu’elle est complètement vide. Le déroulement des événements n’emprunte pas le chemin que Morris imaginait. Que s’est-il passé ?

En dire plus serait vous  gâcher le plaisir de la lecture. Vous constaterez par vous-même qu’à partir d’une trame relativement simple, Stephen King est parvenu à donner du volume à ses personnages ainsi que du complexe à des situations tragiques, en résumé, à capter notre attention tout au long de ce récit passionnant. L’enquête menée par le détective Bill Hodges , personnage essentiel du premier  volet de la trilogie, apparaît comme le fil rouge entre les deux récits et c’est avec plaisir que nous le retrouvons ici .

Vivement le troisième volet.

En résumé: Image7

8 réflexions au sujet de « Carnets noirs (Off-Ret Hodges, tome 2) – Stephen King »

  1. J’ai vraiment super hâte de me le procurer, rien que la couverture est sublime et puis pour le reste je fais confiance au King ^^ Merci pour la chronique

  2. J’ai adoré aussi! Il est aussi bon que Mr Mercedes… j’ai juste trouvé qu’il y avais parfois quelques longueurs. Bienvenue au papa 🙂

  3. Mais c’est qu’il fait de jolies chroniques papa ! Je n’ai pas encore lu Mr Mercedes, mais il est dans ma pile à lire, cadeau de ma grand-mère qui est fan de Stephen King ! Je viens d’apprendre que celui-ci est la suite, merci pour l’info ! Et à bientôt pour d’autres chroniques de papa, j’espère !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *