Il est de retour – Timur Vermes

PicMonkey Collage

Synopsis: 

Berlin, 2011. Soixante-six ans après sa disparition, Hitler se réveille dans un terrain vague de Berlin. Et il n’est pas content : quoi, plus personne ne fait le salut nazi ? L’Allemagne ne rayonne plus sur l’Europe ? Tous ces Turcs qui ont pignon sur rue sont venus de leur plein gré ? Et, surtout, c’est une FEMME qui dirige le pays ? Il est temps d’agir. Le Führer est de retour et va remettre le pays dans le droit chemin. Et pour ça, il lui faut une tribune. Ca tombe bien, une équipe de télé, par l’odeur du bon filon alléchée, est toute prête à la lui fournir. La machine médiatique s’emballe et bientôt, le pays ne parle plus que de ça. Pensez-vous, cet homme ne dit pas que des âneries ! En voilà un au moins qui ne mâche pas ses mots. Et ça fait du bien, en ces temps de crise… Hitler est ravi qui n’en demandait pas tant. Il le sent, le pays est prêt. Reste pour lui à porter l’estocade qui lui permettra d’accomplir enfin ce qu’il n’avait pu achever…

image9 bis

Mon avis:

La première chose qui m’a attirée avec ce livre, c’est sa couverture, qui m’a tapé dans l’oeil. Plus simple, tu meurs, et pourtant, je la trouve vraiment bien trouvée et efficace. Ensuite, j’ai regardé le résumé, et ça m’a vraiment donné encore plus envie. C’est complètement décalé, il fallait trouver l’idée… et hop, le voilà dans ma PAL 🙂

Bon, finalement, je dois bien dire que comme beaucoup, je suis un poil déçue. Le roman est bien, sympa, agréable à lire, mais voilà, ça ne casse pas trois pattes à un canard non plus. Il y avait un gros potentiel avec ce type d’intrigue, à la fois comique et dénonciateur, et finalement, je trouve que l’auteur n’est pas allé assez loin, qu’il n’a pas frappé assez fort. 

On démarre le roman quand Hitler se réveille dans un terrain vague en 2011. Il n’a aucun papier sur lui et ne sait pas comment il est arrivé là. Il va trouver refuge chez un marchand de journaux qui le prend pour un comédien en détresse. Ce brave monsieur connait des gens qui travaillent à la télévision et il leur présente rapidement son protégé, qui se fait embaucher sur une émission satirique et qui va rapidement voir sa cote monter.

Tout ça, c’est un peu trop facile: le mec voit un type débouler habillé en Hitler, il trouve ça normal, l’héberge (ben oui!) et bien sûr il connait des gens à la télévision..? ça me parait moyennement crédible. Là où c’est dommage, c’est qu’ensuite l’histoire ne décolle pas vraiment. L’ensemble est assez plat et manque vraiment de relief. Bien sûr, il y a des passages assez drôles, notamment à cause du décalage qui existe entre la vision des choses de quelqu’un qui habitait les années 40 et l’époque moderne, mais finalement le côté « nazi » est édulcoré et du coup manque de mordant.

En fait, l’histoire se lit à deux niveaux, à la fois le côté comédie et à la fois le côté « plus jamais ça » – qui est un peu effrayant, car finalement on voit tous ces gens qui sont capables d’adopter des idées très limites en très peu de temps (un peu comme dans La vague).

En bref, c’est une lecture détente plaisante mais qui manque de profondeur et qui aurait pu aller plus loin.

En résumé: Image5

11 réflexions au sujet de « Il est de retour – Timur Vermes »

  1. J’ai le même avis que toi sur ce livre et je suis d’accord pour dire que c’est dommage, le potentiel a été bâclé. Personnellement il m’a fait rigolé au début mais à force j’étais lassée voire même agacée

  2. J’ai le même avis que toi sur ce livre et je suis d’accord pour dire que c’est dommage, le potentiel a été bâclé. Personnellement il m’a fait rigolé au début mais à force j’étais lassée voire même agacée

  3. J’avais commencé mais je n’ai pas du tout accroché et j’ai lâché l’affaire très rapidement… Et du coup, en lisant ton avis je me rends compte que j’ai bien fait, ce n’était pas pour moi ^^

  4. Il est dans ma PAL depuis octobre, je l’ai eu pour mon anniversaire, mais je ne sais pas… Je n’arrive pas à le sortir de là. Il faudra bien, mais je suis un peu frileuse je dois dire. Ta chronique me rassure un peu en fait, puisque je le pensais beaucoup plus hard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *