Le maître des illusions – Donna Tartt

le maitre des illusions

Synopsis: 

En décrochant une bourse à l’université de Hampden, dans le Vermont, Richard Papen ne laisse pas grand chose derrière lui : la Californie, qui lui déplaît ; son adolescence, faite de souvenirs incolores ; et ses parents, avec qui il ne s’entend pas. Hampden est une porte de sortie inespérée, l’opportunité de vivre une nouvelle vie. Passées quelques semaines, il est bientôt attiré par un professeur atypique, Julian Morrow, esthète capricieux qui enseigne les lettres classiques à cinq étudiants apparemment très liés. Contre l’avis de ses professeurs, il tente de s’introduire dans le groupe de ces jeunes gens marginaux sur qui courent les plus folles rumeurs. Et il est loin d’imaginer ce que lui coûtera sa curiosité.

image9 bis

Mon avis: 

Le maître des illusions est un roman dont j’ai entendu parler longtemps avant de me décider à le lire. Ce qui m’a convaincue, c’est la magnifique réédition ci-dessus, avec une couverture un peu cartonnée très douce et au rendu que j’adore – je la trouve vraiment réussie et je voulais avoir ça dans ma bibliothèque ^^.

Et ça parle de quoi au final ? d’un étudiant sans attaches et sans richesse, Richard, qui arrive dans une université où il ne connait personne. Il finira assez vite par intégrer le groupuscule d’élèves qui prennent des cours avec Julian, un professeur de grec ancien hyper élitiste qui choisit lui-même ses étudiants. Richard va donc faire la connaissance de Charles et Camilla, des jumeaux, de Bunny, attachant mais qui grappille sans cesse les sous des autres, de Francis et de Henry. Ils vont vivre plus ou moins en vase clos jusqu’aux vacances d’hiver, que Richard passe seul sur le campus. Au retour des autres, il sent que quelque chose a changé entre eux, mais quoi ?

Chronique de la vie étudiante autant que thriller psychologique et roman contemporain, ce livre dégage une ambiance hyper particulière, désincarnée, détachée, et avec vraiment peu d’émotions qui ressortent. C’est très spécial et vu la longueur (quasiment 800 pages), je peux comprendre que certains n’accrochent pas. Je me suis sentie vraiment complètement extérieure à l’intrigue tout le long, la faute à des personnages auxquels je ne me suis pas du tout attachée puisqu’aucun n’est sympathique. Excessivement sûrs d’eux, élitistes comme leur professeur, à la moralité plus que douteuse, buvant et fumant tous plus que de raison, leur vie en autarcie est dérangeante et malsaine, et on sent que quelque chose ne va pas bien avant de découvrir le fond de l’histoire – un meurtre qui en entraînera un second. Et puis, en lisant le résumé, je pensais que le prof allait tenir un rôle de premier plan, alors qu’en fait il est vraiment secondaire et ne sert pas à grand-chose. Pourtant, à côté de ça, je ne peux pas nier que le roman exerce une sorte de fascination morbide sur le lecteur, qu’il est vraiment bien écrit et bien travaillé et que l’auteur arrive à nous mener par le bout du nez. Et ça, j’aime bien. Même si je ne me suis pas du tout attachée aux personnages, il faut reconnaître qu’ils sont bien dessinés, et Donna Tartt a une façon de revenir éclairer sous un jour nouveau des évènements passés du récit qui est très subtile, j’ai vraiment apprécié ce côté-là.

Je n’ai pas complètement adhéré à ce récit, mais il présente indéniablement de très bonnes qualités littéraires, et c’est typiquement le genre de romans destinés à devenir des classiques pour moi. Je suis contente de l’avoir enfin lu 🙂

En résumé: Image5

20 réflexions au sujet de « Le maître des illusions – Donna Tartt »

  1. Ah oui je l’avais vu au Leclerc celui ci 😀 il est trop beau c’est clair!
    Mais je ne sais pas, il y a quelque chose qui me freine! Donc je vais attendre encore un peu, il est dans ma WL de toute façon, mais pas prioritaire pour arriver dans ma PAL 😀

  2. En effet, la réédition est superbe. C’est un titre que j’avais abandonné à une époque où je lisais très lentement. Pas mauvais en soit mais trop lent pour être lu sur plusieurs mois. Ton avis est mitigé alors je ne sais pas si j’y remettrai les pieds… à voir (^-^)

    • c’est vrai, je peux comprendre que ce soit décourageant quand on ne peut pas se plonger dedans pour le lire rapidement :/

  3. Haha ! On n’a vraiment pas le même avis dessus ^^ Je disais dans ma chronique que j’allais le revendre… et c’est fait, j’en ai acheté deux autres à la place x)
    Mais c’est vrai que la couverture était superbe 🙂

  4. J’avais lu le Chardonneret et j’en avais eu un avis assez mitigé (surtout après tous les éloges des libraires et co). Donna Tartt écrit souvent des livres un peu particulier ^^ J’hésite pour les mêmes raisons pour Le maître des illusions (800 pages…) mais je pense finalement le lire quand même !

  5. Je l’ai lu il y a longtemps et si j’en garde un bon souvenir, j’ai eu le même sentiment que toi, on reste assez extérieur au récit, les personnages sont tous plutôt détestables, ça laisse une sensation très étrange…

    • oui exactement! je peux comprendre qu’on aime pas, comme je comprends qu’on lui trouve de grandes qualités!

  6. C’est la couverture et puis le titre qui m’ont fait lire ta critique et finalement, celle-ci me donne envie de lire le roman ! ^-^ Un autre titre à ajouter à ma wish-list (tu me fais découvrir de belles pépites, dis-moi ;-))

    J’avoue que le fait que tu t’es sentie extérieure à l’histoire me fait un peu peur, mais tout ce mystère excite ma curiosité également ! ^-^

    • les critiques sont assez mitigées sur ce roman, c’est le genre qu’il faut lire pour se faire sa propre idée ^^

      • Généralement, je ne m’arrête jamais aux critiques que je peux lire (même si les avis m’intéressent), car j’aime bien me faire ma propre opinion sur une lecture, donc ça tombe bien ! 🙂

        Une lecture peut plaire à une personne, mais pas à une autre. Il en faut pour tous les goûts après tout.

        Après, c’est vrai que j’aime bien confronter mon avis (le plus souvent, lorsqu’il est positif) avec des avis négatifs ! C’est un échange qui est toujours intéressant ! ^-^

  7. C’est typiquement le roman dont je connaissais le titre sans savoir de quoi il parlais. Et ta chronique me donne envie de le découvrir, les pavés ne me font pas peur, et j’aime cette écriture distanciée. C’est une auteure que j’ai envie de découvrir !

  8. Ping : Le complexe d’Eden Bellwether – Benjamin Wood | Les chroniques de Totoro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *