Le clan suspendu – Etienne Guereau

le clan suspendu

Synopsis: 

Ismène vit parmi les siens, dans un village accroché à dix mètres de hauteur. Tous pratiquent des rites immuables et répètent inlassablement Antigone, la tragédie qu’il leur faut connaître sur le bout des doigts. Descendre leur est interdit, car en bas une créature sanguinaire massacre ceux qui s’aventurent sur son territoire… Quand le jeune Hémon décide de contester l’ordre établi, tout bascule. Pour fuir cet univers oppressant et comprendre le sens profond de la tradition qui leur a été inculquée, Ismène va devoir percer le secret qui menace son clan…

image9 bis

Mon avis:

Ce curieux roman me faisait de l’oeil depuis sa sortie poche, j’avais bloqué sur sa couverture et son résumé qui m’intriguaient beaucoup. Maintenant qu’il est lu, je suis contente d’avoir craqué, j’ai vraiment passé un bon moment de lecture 🙂 

Le début nous plonge dans le quotidien d’une petite société de gens qui vivent dans des cabanes perchées dans les arbres d’une forêt. A ce moment-là, on pourrait être sur une autre planète, dans un récit de fantasy, ce serait pareil; on ne dispose d’aucune indication de lieu ou de temps pour nous aiguiller. Les membres de cette société ont un quotidien régi par des rituels, deux leaders (le « Premier » et la « Première »), les sorties des chasseurs qui sont les seuls autorisés à descendre sur la terre ferme pour apporter de la viande, et la peur de l’ogresse qui vit dans la forêt et dévore tous ceux qui auraient le malheur de la croiser. La jaquette du livre évoque Sa majesté des mouches et Hunger Games: je suis d’accord pour le roman de William Golding, il y a effectivement une dimension « déchéance de la civilisation » qui apparaît clairement avec le personnage d’Hémon (qui serait l’équivalent de Jack dans Sa majesté des mouches), en revanche, je ne vois franchement pas le rapport avec Hunger Games (pour moi, la mention est là uniquement à but commercial)… Si je devais ajouter une seconde référence, ce serait plutôt le film « Le village » de Shyamalan, avec lequel j’ai trouvé de nombreux points communs. (Certains éléments m’ont également rappelé la saga Autre monde de Maxime Chattam (pour la vie dans les arbres) et Les âmes vagabondes de Stephanie Meyer (pour la vie dans des galeries souterraines), même si les intrigues n’ont pas grand chose à voir ^^).

En tout cas, il est très difficile à classer. Après lecture, il apparait qu’on est bien sur Terre, à une époque indéterminée mais que je qualifierais de futur (très) proche. On serait donc dans de l’anticipation. Il y a aussi clairement des éléments de dystopie dans le récit. Mais l’ensemble pourrait très bien être classé en contemporain vu l’explication finale… Bref, j’ai un peu du mal à lui attribuer une catégorie précise (c’est pourquoi je le mets dans contemporain et dans anticipation, sans qu’aucune ne corresponde réellement au roman).

En général, j’apprécie assez les mélanges de genre. Ici, clairement, je trouve que le mix fonctionne bien, le récit est bien mené, les explications sur l’apparition de cette société sont bien amenées et cohérentes. L’ensemble est fascinant et glaçant tout à la fois. La déchéance de l’humanité des membres d’une communauté en dehors d’un cadre civilisé fait froid dans le dos, exactement comme dans Sa majesté des mouches; on voit bien l’importance de l’éducation, du savoir, et de supports écrits. Le récit aborde d’autres thèmes, durs, comme l’inceste, le viol, les sectes, le lavage de cerveau… Pourtant, ce n’est jamais hardcore, et l’auteur arrive à faire passer ses messages avec beaucoup de douceur (d’ailleurs, j’ai beaucoup apprécié les liens qu’il glisse dans le récit avec certains événements/faits divers qui se sont produits ces dernières années).

J’ai donc passé vraiment un bon moment avec ce roman, mais il y a tout de même quelques bémols. D’abord, je trouve le début un peu trop long à se mettre en place, je ne voyais pas trop où l’auteur voulait en venir, alors que dans la seconde moitié le rythme s’accélère beaucoup, c’est dommage que ça ne soit pas un poil plus équilibré de ce côté-là. (Encore que c’est très relatif, le début ne manque pas d’intérêt!). De plus, comme le mentionne le synopsis, la pièce de théâtre Antigone a une place importante dans le récit, mais j’ai vraiment eu du mal à intégrer cet élément dans le reste de l’histoire. (A la fin, j’ai enfin compris d’où ça sortait mais ça a été un peu long). De plus, le fait que pratiquement tous les personnages aient été nommés avec le nom des personnages de la pièce ne m’a pas aidée à me sentir proche d’eux, je trouvais que ça mettait une sorte de distance.

En bref, malgré quelques bémols mineurs, je ressors franchement satisfaite de ma lecture et je le conseille, il est bien écrit, et malgré le fait qu’il reprenne des éléments déjà vus dans d’autres récits, il y a une vraie originalité qui se dégage du texte et j’ai vraiment apprécié 🙂

En résumébon-livre-bis

10 réflexions au sujet de « Le clan suspendu – Etienne Guereau »

  1. J’avais essayé de le commencer lorsqu’il venait juste de sortir, mais je n’avais pas été séduite par l’écriture. Cela dit, peut-être que je n’étais pas dans le bon « feeling » à ce moment-là.
    Je pense que je retenterai de le lire, j’ai vraiment envie d’en découvrir plus 🙂

  2. Je ne l’ai pas lu, et je n’en avais pas entendu parler, mais le résumé me fait vraiment envie (et ta chronique aussi, par la même occasion). Du coup, je l’ajoute à ma wish-list !
    (en plus, je suis assez curieuse de la mention d’Antigone dans le résumé, ça m’intrigue pas mal).

  3. Je l’ai dans ma bibli parce que mon amoureux l’a lu en GF et il me tentait bien mais je n’ai toujours pas pris la peine de lui donner sa chance ! J’avais bien aimé le pièce Antigone, donc le clin d’oeil me parle… Sinon de fait le bandeau racoleur argh je déteste ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *