Vilaines filles – Megan Abbott

vilaines filles

Synopsis: 

Addy et Beth sont fortes, dures à cuire, inséparables et invincibles. Membres de l’équipe de pom-pom girls du lycée, « parce qu’il faut bien quelque chose pour occuper le vide de l’adolescence ». Elles sont parfaites : leurs jambes galbées, leur ventre plat, leurs queues-de-cheval de la même longueur, leur maquillage irréprochable. Une nouvelle coach arrive au lycée et les choses commencent à changer. Grande, belle, intimidante, elle est parfaite elle aussi et place beaucoup d’espoir dans l’équipe. Toujours élégante, autoritaire, la coach mène la danse et les filles tombent vite sous sa coupe. Elles sont prêtes à tout pour obtenir ses faveurs : devenir sans cesse plus rapides, plus fortes, plus résistantes et plus minces, quitte à se faire vomir. Leur monde insipide et sans profondeur se resserre. Mais un jour, la coach franchit la ligne de trop…

image9 bis

Mon avis: 

J’ai un avis très mitigé sur Vilaines filles. L’intrigue est axée autour d’une équipe de cheerleaders dans un lycée américain. Les filles voient arriver une nouvelle coach qui va chambouler leurs habitudes, jusqu’à ce que la situation dérape. Les thèmes étaient bons (les relations coachs / élèves, les rivalités adolescentes) mais je les trouve assez mal travaillés.

Déjà, la plume est particulière, elle reste assez monotone, ça ne s’élève jamais vraiment et parfois ce n’est pas très clair. Les personnages principaux sont tous détestables (mais je pense que c’est le but), entre la coach tyrannique qui souffle le chaud et le froid avec ses élèves, la Beth qui est glaçante de méchanceté et la narratrice qui est imbuvable (elle est incroyablement influencée par son « amie » Beth qui est super toxique, par la coach qui n’est vraiment pas claire non plus…). La coach, justement, ne sait pas trop ce qu’elle veut, elle alterne entre une position ferme avec ses élèves et un rapport de copinage (à les amener chez elle, boire avec elles alors qu’elles sont lycéennes…). Le tout est hyper malsain et je n’ai pas bien compris le but de l’auteur avec ce roman : que cherche-t-elle à dénoncer exactement… ? La méchanceté dont peuvent être capables des adolescentes ? (parce que là pour moi on est au-delà de ça… la Beth aurait bien besoin de se faire enfermer…).

Un truc qui m’a beaucoup intriguée : où sont donc passés les parents ? On ne les rencontre absolument jamais. Ces filles ont 16 ans et paraissent passer l’intégralité de leur temps libre à se saoûler, fumer, faire la fête avec des mecs… (quelle hygiène de vie pour des sportives de ce niveau). Certains parents ne s’occupent pas des masses de leurs enfants mais là, elles sont toutes laissées à l’abandon !

En bref, l’idée de départ était bonne, mais je trouve que c’est mal exploité. Le côté thriller (puisque le livre est vendu pour en être un) est très peu présent, on serait plus dans du drame contemporain. Je n’ai pourtant pas passé un mauvais moment, mais j’attendais autre chose de ce livre.

En résumé: Image1

11 réflexions au sujet de « Vilaines filles – Megan Abbott »

  1. J’ai commencé ce livre il y a quelques mois, j’avais ralenti la cadence petit à petit et là je ne l’ai toujours pas fini… Je trouve ça assez plaisant cette écriture particulière de l’auteure mais oui après ça devient redondant et on s’ennuie un peu… Donc je ne sais pas si je vais le terminer :/ je suis quand même curieuse de savoir ce qu’il se passe à la fin…

  2. Encore une fois je suis d’accord avec toi (décidément lol). Je l’ai carrément abandonné, pour moi c’est un roman contemporain voire même du young adult, axé sur des thèmes bien précis mais c’est loin d’être un thriller c’est pour ça que j’ai lâché l’affaire, parce qu’au final ça ne vaut pas le coup. J’ai fièvre dans ma PAL j’espère que ça va passe cette fois ^^

  3. Quand je l’ai lu, j’en attendais beaucoup, et certains aspects m’ont déçue. Déjà, difficile de comprendre quelque chose à tous les termes techniques, la coach n’est pas très claire, et Beth est une vraie garce!
    Niveau éducation ça craint également, je me suis également demandé où étaient les parents… Reste l’ambiance glauque à souhait, mais c’est clair que pour le côté thriller, on repassera!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *