Salem – Sandra Triname

salem

Synopsis:

1692. Salem, État du Massachusetts aux États-Unis. Accusées de pratiques magiques, de nombreuses personnes sont alors mises à mort. Innocentes ou coupables ? Qui méritait réellement la potence ?

De nos jours, alors que Max évite de peu la mort, la voilà sous l’emprise de songes qui semblent tous venir d’une époque lointaine où la sorcellerie et les démons hantaient l’imaginaire du commun des mortels. Quel lien peut alors unir Max à un procès vieux de plusieurs siècles ?
tampon-clear-arabesque

Mon avis:

Malheureusement, cet avis sera celui d’une franche déception

J’ai repéré ce livre très récemment chez Gibert: le titre m’a beaucoup interpellée (je suis assez fascinée par tout ce qui touche à Salem et aux procès pour sorcellerie qui ont eu lieu au Moyen-Âge… Charmed ne m’a d’ailleurs pas aidée), le thème aussi par extension, et puis le symbole ésotérico-mystérieux sur la couverture me parlait bien (même si le reste de la couverture est franchement trop peu travaillé).

Il a été édité chez Plumes blanches, une maison d’édition qui n’a ouvert ses portes qu’en janvier 2015, tout récemment donc, et qui n’a publié que 6 livres depuis. Il n’est donc pas forcément hyper connu, et je n’ai trouvé que 6 avis sur Livraddict, dont 5 positifs. Je me suis dit que le ratio n’était pas mauvais ^^, et puis il m’intriguait tellement que j’ai craqué (c’est rare que je craque sur des grands formats, et celui-ci n’était pas d’occasion et m’a coûté 20€).

Force est de constater que je n’ai pas été emballée du tout. Trois jours pour lire 400 pages, c’est énorme pour moi (surtout que je suis présentement en vacances), j’avais du mal à avancer dans ma lecture, à rentrer dedans, bref, je n’étais pas dedans. D’abord, la première chose qui m’a frappée, c’est le style de l’auteur, qui ne m’a pas convenu. Je préfère lire une histoire peu intéressante mais bien écrite qu’une histoire qui m’intéresse avec un style auquel je n’accroche pas, et ici, c’était la seconde option. A ma connaissance, c’est le premier roman publié de Sandra Triname, et ça se sent dans l’écriture: ce n’est pas mûr. La rédaction des dialogues et des explications qui jalonnent le texte me hérissait le poil, je les trouvais maladroits, mal amenés et artificiels. Le récit en lui-même souffre de la présence d’expressions « orales » qui n’ont rien à faire dans un texte écrit (par exemple, j’ai plusieurs fois retrouvé le mot « quoi » à la fin des phrases, dans le genre « c’est abusé quoi »! euh… à l’oral ça passe, mais dans un roman, moi ça me dérange).

En dehors de ces questions de style, j’ai aussi littéralement HALLUCINE du nombre de fautes d’orthographes que j’ai retrouvées dans le bouquin. Ca peut arriver, mais j’en vois rarement, et rarement plus d’une ou deux par livre. Là, j’ai passé mon temps à pester, Mr Totoro n’en pouvait d’ailleurs plus (« mais y’a vraiment tant de fautes que ça? » « ouiiii :'(« ). A titre de comparaison, les 726 pages de FUTU.RE, que j’ai lu sous forme d’épreuves non corrigées, n’en contenait pas une seule! Et là, sur un roman qui a été publié (donc corrigé plusieurs fois à priori), qui est vendu 20€, il y en a un nombre incalculable, je trouve ça vraiment limite de la part de l’éditeur… Pour vous donner quelques exemples, il y a eu par exemple un « mania » de la finance (au lieu de magnat! faute apparue plusieurs fois dans le texte…), un huit-clos au lieu de huis-clos, résonnement au lieu de raisonnement, et j’en passe! Je ne vous parle pas des innombrables fautes d’accords, de mots qui terminent en -ée alors qu’on parle d’un homme, ou de ceux qui finissent par -é alors qu’on parle d’une femme… Bref, un zéro pointé à ce niveau-là! Franchement, je n’avais jamais vu (lu) ça!

En plus de ces questions de pure forme (auxquelles on peut ajouter le fait que le texte est serré, peu aéré, pas d’espace entre les paragraphes, ce n’est pas hyper agréable mais passons), il faut bien dire que j’ai également été complètement déstabilisée par l’intrigue. Je m’attendais à lire une histoire sur la sorcellerie (ben oui.. Salem.. les procès des sorcières.. mes attentes me semblent justifiées) et en fait pas du tout, on se retrouve dans un énième récit de loup-garous vs vampires! Quant aux sorcières, elles sont vraiment là en toile de fond (mais vraiment de fond! à ce niveau-là c’est de la figuration). En soi, ce n’est pas dérangeant, je n’ai rien contre la bit-lit, mais là, je trouve qu’il y a tromperie sur la marchandise en quelque sorte… J’ai eu l’impression que l’auteur dénaturait complètement le mythe de Salem et je n’ai vraiment pas compris pourquoi elle avait pris une direction pareille dans son récit alors qu’il y avait de quoi nous écrire une histoire passionnante avec un thème pareil… (Mais peut-être que d’autres y trouveront leur compte, là c’est vraiment un ressenti perso).

Au niveau des personnages, nouveau flop. Max, l’héroïne, est d’abord amnésique, donc au début elle ne se souvient de rien, elle est perdue, bref, elle est un peu fade puisqu’elle a tout à apprendre. Le retour de ses souvenirs la transforme en héroïne pseudo-badass mais elle continue de manquer de fond, je la trouvais vraiment creuse. Arrive ensuite Jared, qui m’a paru complètement artificiel (et je trouve la rapidité à laquelle Max lui fait confiance absolument pas crédible). Jack est celui qui m’a le plus intéressée au niveau de son histoire perso, mais pour un loup alpha dominant, je trouve quand même qu‘il manque singulièrement d’autorité, de charisme, bref, je ne comprends pas trop pourquoi il est à ce point respecté par sa meute… Les autres protagonistes sont franchement secondaires et ne méritent pas qu’on s’y attarde ici. Ce travail autour des personnages rejoint ce que je disais au niveau de la chronique sur le style de l’auteur: pour moi, c’est vraiment lié à sa « jeunesse », au fait qu’il s’agisse d’un premier roman, c’est quelque chose qui peut s’améliorer au fur et à mesure des publications. Mais là, clairement, il y a quelque chose qui cloche dans l’ensemble, un sentiment diffus de manque de crédibilité des rapports entre les persos.

Je dois paraître super dure mais tout n’est pas non plus à jeter dans ce roman. Le fait qu’il s’agisse de loup-garous m’a franchement étonnée, mais dans le fond, l’histoire en elle-même n’est pas mauvaise (juste mal écrite……..). En fait, elle serait même plutôt bonne (si seulement elle avait été écrite sans aucune mention à Salem, ça aurait été encore mieux, parce que franchement, Salem ne sert que d’excuse ici), et j’ai bien aimé le fait que Sandra Triname aborde la question de la réincarnation, c’est un thème qui me parle beaucoup. L’amour qui transcende les siècles, c’est peut-être un peu cliché mais je suis une romantique 🙂 Les flash-backs sont aussi une bonne idée (dommage qu’ils soient si courts par rapport au reste du récit). Enfin, un marque-page est fourni avec le livre, glissé à l’intérieur, ça devrait faire des heureux 🙂

En bref, malgré une histoire qui avait un réel potentiel, mon intérêt a vite décru devant le style trop immature de l’auteure et les innombrables fautes d’orthographe. De plus, la mention aux procès de Salem n’était pas nécessaire et risque de donner de faux espoirs aux futurs lecteurs: non, il n’est pas question de sorcellerie ici! Dommage…

 résumé:

Image1

26 réflexions au sujet de « Salem – Sandra Triname »

  1. Eh bien…je ne le lirai pas ! Déjà parce que c’est un genre que je n’aime pas trop et que les fautes d’orthographe dans un roman, ok ça peut arriver, mais quand il y en a beaucoup ça décrédibilise le roman. Bye bye Salem !

  2. WAouh qui était enthousiaste à l’idée de le lire et je n’avais qu’une hâte : le commencer, tu m’as refroidi. J’avoue que si on voit pas la référence à Salem, pourquoi l’appelé comme cela. Maintenant, j’ai peur de le lire et d’être déçue. Je pense que je vais voir pour le prendre en format numérique pendant les soldes ça coûtera moins cher 😉

    • attention, on parle quand même un minimum de Salem ^^ c’est juste que ce n’est pas suffisant pour moi, pas assez orienté sur les sorcières et pas du tout assez pour être carrément appelé Salem.. mais bon, tu y trouverais peut-être ton compte ^^

  3. Mon avis (avec la déformation des métiers du livre – ou la formation,au choix^^):
    je suis, en général, POUR les petites maisons d’édition mais je sais qu’il faut faire très attention ….Certaines ….Bref, pour illustrer mon propos, je te joins le lien, à l’emplacement du site qui propose « soumettez-nous votre manuscrit »: et ô surprise! qu’y trouve-t’on? une magnifique faute – ensuite, vu ce qu’ils indiquent, jamais je n’enverrais un manuscrit chez des gens aussi peu pro. (il n’y a certainement pas ou peu de relcture, pas de corrections, sauf celles faites par l’auteur) et je n’ose pas imaginer comment est faite la mise en page.
    http://plumeblanche-editions.fr/?page_id=4
    Ensuite, ce qui est triste, c’est que ce malheureux livre sera très peu distibué en librairie et va finir …au pilon.

  4. Ouch, tant de fautes d’orthographe (et puis, pas du tout des « petites », c’est dingue quand même !), ça rebute directement ! Jamais vu ça perso… Généralement, quand c’est 2 ou 3 dans un bouquin, c’est déjà énorme mais là… C’est pourtant quelque chose qui fait vraiment partie du travail de l’éditeur et je comprends vraiment que ça t’a découragé, j’avoue que je ne sais pas si j’aurais eu le courage de poursuivre ma lecture !

  5. J’ai un peu peur … Puisque ce roman se trouve dans ma PAL et ce que je découvre dans ta chronique ne me plait pas des masses. Le fait que finalement les lecteurs sont leurrés sur le véritable contenu qui m’interpelle beaucoup moins que Salem & sa connotation m’agace un poil déjà…

  6. Aïe! Alors oui en effet, ton avis est tout à fait différent du mien :p
    Je comprends bien ce qui t’as fais défaut! Pour ma part, pour une fois je n’ai pas relevé autant de fautes! Heureusement pour moi lol je devais être fatiguée (et puis je ne suis pas une pro de la syntaxe ou de l’orthographe, ça aide dans certains cas :p ), et il faut dire que je lisais sur ma tablette et quand je lis sur ce support, mes yeux se fatiguent vite et je suis moins attentive à tout cela!
    Bref, quand à l’histoire en effet, j’ai aussi trouvé que le résumé était très trompeur! Nous sommes plus dans une histoire de Loups-Garou que de Sorcières!
    J’ai quand même trouvé que Salem avait vraiment son importance et qu’on en apprenait pas mal sur le sujet. Alors peut être qu’en titre, en effet c’est un peu trop, je ne sais pas?! En tout cas il est certain que le résumé devrait être revisité!

    Et pour ce qui est des dialogues écrit alors là!! Je suis tout à fait d’accord! Moi aussi j’ai tiqué! Les échanges entre les personnages écrit exactement comme on le parlerait, c’est un peu spécial. J’ai faillis le mettre dans mon avis, puis je me dis que finalement, je ne me suis vraiment pas arrêté à ce détail du coup je ne savais pas comment le tourné, et je ne l’ai même pas émis.

    Bref, ce qui prouve qu’avec les « mêmes » données, ont peut, d’une personne à une autre, prendre les choses tout à fait différemment, car pour ma part j’ai quand même vraiment beaucoup apprécié l’histoire, et comment Sandra Triname nous contait celle ci.
    Heureusement, il en faut pour tout les goûts :p

      • Oui c’est bizarre! La venue des Loups-garous et vampires a été pour moi la bienvenue, donc en effet, on nous « trompe » sur la marchandise mais pour moi ça a été un plus. Je ne suis pas une pro des histoires de sorcelleries, et comme j’aime beaucoup le genre, vampire/ Loup-garou, qui a été super bien traité je trouve, j’ai été plutôt emballée.
        Et finalement je ne me suis pas bloquée non plus sur le langage, car je suis une lectrice jeunesse, et je ne suis pas très exigeante ;p lol Mais je comprends qu’on le soit! Et j’admire même plutôt cela …
        J’ai commencé à lire tard, et je suis restée dans un genre « ado », je lis des lectures simples, aux tournures aussi simplistes :p Finalement c’est peut-être ce qui fait la différence. L’histoire en elle même m’a suffit, et j’ai tout de même trouvé que Sandra Triname exploitait vraiment bien le sujet qu’elle traitait! si on ne tient pas compte du titre bien sûre! lol Comme je le dis dans ma chronique, finalement c’est surtout le résumé qu’ils devraient modifier.

        • c’est plutôt bien de ne pas être exigeant, on est moins souvent déçu 🙂 moi je le suis et j’ai de plus en plus de mal à vraiment adorer un roman car je trouve très souvent des choses à redire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *