Purgatoire des innocents – Karine Giébel

Lu en LC avec Sorbet-kiwi 

Purgatoire des innocents

Résumé:

 Je m’appelle Raphaël, j’ai passé quatorze ans de ma vie derrière les barreaux. Avec mon frère, William, et deux autres complices, nous venons de dérober trente millions d’euros de bijoux. Ç’aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang. Deux morts et un blessé grave. Le blessé, c’est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre où Will pourra reprendre des forces.

Je m’appelle Sandra.
Je suis morte, il y a longtemps, dans une chambre sordide.
Ou plutôt, quelque chose est né ce jour-là…

Je croyais avoir trouvé le refuge idéal.
Je viens de mettre les pieds en enfer.

Quelque chose qui marche et qui parle à ma place.
Et son sourire est le plus abominable qui soit…

image9 bis

Mon avis:

Une nouvelle claque avec ce polar Karine Giébel que j’ai commencé hier soir… et que je n’ai pas pu lâcher de toute la nuit ! Il fallait que je le finisse, c’est chose faite : 638 pages en quelques heures, voilà un joli coup de cœur pour un roman noir, très noir !

La quatrième de couverture de l’édition grand format m’avait beaucoup interpellée à l’époque de la sortie du livre, en 2013 (c’est le synopsis que je vous ai remis ici). Il m’aura fallu un peu de temps pour découvrir le livre, mais heureusement que je l’ai fait ! J’ai rarement lu des thrillers de cette qualité (enfin si… Meurtres pour Rédemption et Les Morsures de l’ombre étaient dans la même veine ! Comment ça c’est la même auteur ?). Alors, oui, je comprends que ça ne puisse pas plaire à tout le monde, ça touche quand même à la pédophilie et certaines scènes sont vraiment dures, mais personnellement, j’ai trouvé ce bouquin vraiment extraordinaire. Complètement maîtrisé de bout en bout, avec la tension qui monte crescendo dans la première partie, jusqu’au retournement de situation page 240 qui va modifier toute la dynamique du récit. Avant ça, on était dans un thriller plutôt classique, un braquage tourne mal, les 4 voleurs s’enfuient mais l’un d’eux est blessé, ils s’arrêtent dans la maison isolée d’une vétérinaire pour faire soigner ledit blessé, mais rien ne va se passer comme prévu. La vétérinaire est fourbe et semble cacher quelque chose, mais quoi ? et ses mentions constantes à son mari gendarme qui ne va pas tarder à rentrer… Et puis arrive la page 240 et ce twist génial, les braqueurs ne maîtrisent plus rien, où ont-ils donc mis les pieds ?

Comme pour Les morsures de l’ombre, nous sommes ici dans un huis-clos étouffant, archi-efficace, avec des scènes de séquestration, de torture, de pédophilie, bref, pas de quoi sourire ! La psychologie des personnages est impeccable, l’écriture une nouvelle fois magnifique, limpide, avec des tournures de phrases et des formulations choc qui font mouche ! On ne ressort pas indemne de ce roman, qui ne nous laisse aucun répit et qui va me rester en tête un moment je pense.

En quelques mots : implacable. Glaçant. Magistral. Prenant. Fascinant. Etouffant. Du grand Giébel, à lire absolument ! par contre, âmes sensibles s’abstenir…

En résuméImage8

38 réflexions au sujet de « Purgatoire des innocents – Karine Giébel »

  1. Un gros coup de coeur pour moi aussi… Elle a mis la barre tellement haut ici que je me demande ce qu’elle pourra encore faire pour nous surprendre. Magistral !

    • j’ai commencé par Juste une ombre et je ne savais pas trop quoi penser de ma lecture! c’est avec les 3 suivants que j’ai vraiment adhéré (Purgatoire des innocents, Les morsures de l’ombre et Meurtres pour rédemption). Si tu es un peu frileuse pour en essayer d’autres, essaie Les morsures de l’ombre, c’est le plus court 🙂

    • je te conseillerais bien Les morsures de l’ombre mais c’est un peu le même thème (huis clos, séquestration) donc si tu n’as pas trop accroché à celui-là, je ne sais pas si c’est vraiment indiqué ^^
      Juste une ombre et Meurtres pour rédemption sinon (mais ce sont des pavés donc à tes risques et périls ^^)

  2. Ping : Purgatoire des innocents de Karine Giebel | Sorbet-Kiwi

  3. Ping : Top Ten Tuesday #15 – 10 romans meilleurs coup de coeur des 2 dernières années | Les chroniques de Totoro

  4. Excellent . Je n’ajouterais rien à ta chronique que je trouve parfaite. Aucun temps mort dans le récit . C’est curieux pour un polar d’ailleurs !!!

    Il faut le commencer en sachant que l’on a du temps à lui consacrer parce qu’il est difficile de le lâcher . A lire pour ceux et celles qui aiment les nuits blanches 🙂

  5. Ping : Une vraie famille – Valentin Musso | Les chroniques de Totoro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *