Appartement 16 – Adam Nevill

appartement 16

Synopsis: 

A Barrington House, un immeuble de grand standing dans un quartier chic de Londres, un appartement est inoccupé. Personne n’y entre, personne n’en sort. Et c’est comme ça depuis cinquante ans. Jusqu’au jour où April, une jeune Américaine, débarque à Barrington House pour visiter l’appartement que lui a légué une mystérieuse grand-tante. Cette dernière, morte dans d’étranges circonstances, a laissé un journal intime où elle révèle avoir été impliquée dans des événements atroces et inexplicables, plusieurs décennies auparavant. Résolue à découvrir la vérité sur ce qui est arrivé à sa tante, April commence à reconstituer l’histoire secrète de Barrington House. Une force maléfique habite l’immeuble et l’entrée de l’appartement seize donne sur quelque chose de terrifiant et d’inimaginable…

tampon-clear-arabesque

Mon avis:

Les romans d’Adam Nevill me font de l’oeil depuis leur sortie chez Bragelonne il y a 2 ans. Seulement, vu les critiques très négatives que je trouve sur le net, je n’arrivais pas à me résoudre à en acheter un (ils ne sont pas donnés en grand format…). Je me disais que j’attendrais leur sortie poche, mais j’attends depuis un moment maintenant, et aucune sortie poche ne semble prévue… jusqu’à ce que je tombe sur la liste des livres à vendre de Valentine du blog Le brocoli de Merlin (amis Lillois, allez jeter un oeil, il y a pas mal de choses intéressantes ^^), il était vraiment pas cher, et pouf, j’ai craqué! J’ai vraiment démarré ma lecture avec appréhension vu tous les avis que j’ai vu… et finalement, je ne comprends pas les notes si sévères qu’il génère: même si c’est loin d’être un coup de coeur, ma lecture n’a pas été désagréable!

On va suivre deux personnages en parallèle pendant tout le livre: Apryl, une jeune américaine qui arrive à Londres pour récupérer un appartement que sa grand tante (qu’elle n’a pas connu) a légué à sa mère; et Seth, gardien de nuit dans l’immeuble dans lequel se trouve ledit appartement.

Apryl va vite se rendre compte de l’atmosphère oppressante que dégage l’appartement qui est désormais le sien. Sa grand-tante n’ayant jamais rien jeté, il est excessivement encombré, et elle va passer pas mal de temps au début à trier toutes les affaires qui s’y trouvent, avant de finir par tomber sur une pile d’anciens journaux intimes. C’est là que l’histoire commence vraiment et je dois avouer que cette première partie est longuette. Une fois les journaux découverts, une sorte d’enquête va commencer pour comprendre de quoi parle sa grand-tante dans ses écrits (elle évoque des difficultés physiques à s’éloigner de l’immeuble, un peintre qui a habité dedans dans les années 40…). C’est pour moi le coeur du roman, et la partie la plus prenante, la plus intéressante. 

De son côté, Seth, le gardien de nuit de l’immeuble, est un artiste raté. Il a fait des études d’art mais n’a jamais percé. A peu près quand Apryl arrive, il commence à avoir des hallucinations, à faire des cauchemars, bref, on va baigner dans sa folie pendant une bonne partie des chapitres le concernant et j’ai trouvé toute cette partie trop fouillée, ce n’était absolument pas nécessaire; diminuer de moitié les chapitres sur Seth aurait franchement allégé le récit sans rien lui retirer d’essentiel. Etant donné qu’il sombre petit à petit dans la folie, les passages articulés autour de lui peuvent sembler brouillons et confus, mais pour moi, ça colle avec son état mental, comme c’est souvent le cas avec des personnages dérangés.

J’aime bien les histoires de maison hantée, découvrir ce qui s’est passé, ce sont en général des récits qui me plaisent. Celui-ci a effectivement quelques défauts dont je viens de parler, mais pour le reste, je le trouve assez bien fichu et j’ai vraiment du mal à comprendre pourquoi il a été aussi mal reçu – j’ai déjà lu bien pire! J’ai particulièrement aimé l’ambiance hyper malsaine qui se dégage de l’immeuble, de cette atmosphère oppressante, glauque et poisseuse, je la trouve bien rendue et c’est ce qu’on attend d’une histoire de ce type. Pour la fin, ça aurait pu être un poil plus expliqué mais je suis satisfaite malgré tout.

En bref, je m’attendais tellement à une catastrophe que je suis finalement assez agréablement surprise, même si le livre n’est pas exempt de défauts 🙂

En résumé: Image5

13 réflexions au sujet de « Appartement 16 – Adam Nevill »

  1. J’avoue que je me suis arrêtée dans cette lecture au moment ou cela commençait pour moi a partir dans tous les sens, notamment dans les délires de Seth qui ne m’ont pas convaincus, je préférais d’ailleurs suivre l’histoire d’Apryl…Bon, je le reprendrai peut-être plus tard, en tous les cas je partirai plus sereine dans cette « relecture » mantenant que j’ai eu ton avis…

  2. Je vois très bien le côté longuet et le côté « inutile » dont tu parles, ça m’arrive parfois dans mes lectures et c’est décevant, mais si le reste vaut le coup, alors j’aimerais le lire, parce que le thème donne trop envie ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *