La mafia du chocolat – Gabrielle Zevin

Titre: La mafia du chocolat

Auteur: Gabrielle Zevin

couv52495586gabrielle zevin

Synopsis:

En 2083, le chocolat et le café sont illégaux, le papier est difficile à trouver, l’eau est précieusement rationnée, et la ville de New York est dominée par le crime et la pauvreté. Pour Anya Balanchine, 16 ans, la fille orpheline du criminel le plus célèbre de la ville, la vie est une routine bienheureuse. Jusqu’à ce que son ex-petit ami soit accidentellement empoisonné par le chocolat de la contrebande familiale, et que la police accuse la jeune fille. Brusquement, Anya se retrouve poussée malgré elle sous le feu des projecteurs: au lycée, dans la presse et, plus grave, au sein de sa famille de hors-la-loi…

tampon-clear-arabesque

Mon avis:

Je dois l’avouer, j’ai été attirée vers ce livre en grande partie à cause du titre et de l’image sur la couverture (ce petit coeur qui saigne du chocolat, j’adore), et même si les critiques sont assez moyennes, j’ai craqué. (Bon, dès que ça concerne du chocolat, en général, je craque ^^). Finalement, mon avis rejoint l’avis général: c’est sympa, agréable, mais ça ne me laissera pas un souvenir impérissable. La force du livre réside dans son contexte, mais il est trop peu développé ici pour que ça soit vraiment excellent.

Nous somme à New York à la fin du XXIème siècle. Suite à divers événements non détaillés par l’auteur, nous sommes revenus à une époque de rationnement alimentaire, comme pendant la seconde guerre mondiale, et de nombreux objets quotidiens sont désormais rares et/ou réservés aux classes les plus aisées (comme les téléphones ou le papier). De plus, une nouvelle forme de Prohibition a cours en ville; cette fois, ce n’est plus l’alcool qui est interdit, mais le café et le chocolat. De nouvelles mafias se sont donc axées autour de la contrebande de chocolat, dont la famille d’Anya, l’héroïne du livre. C’est ce contexte socio-politico-historico-économique qui est le plus intéressant dans le roman. On sent qu’il a été bien pensé par l’auteur, mais elle ne s’est pas plus attardée dessus que nécessaire, trop prise par le reste de son intrigue, c’est dommage. Ce sera peut-être plus approfondi dans le tome suivant.

Les parents d’Anya sont morts depuis plusieurs années et elle vit avec sa petite soeur, son grand frère (qui, depuis un accident, souffre d’une déficience intellectuelle) et leur grand-mère mourante. Le reste de sa famille (oncles, cousins…) appartient toujours à la « mafia du chocolat ». L’essentiel du livre s’appesantit beaucoup sur le quotidien d’Anya pendant son année de première: sa relation avec son amie délurée Scarlet et l’arrivée d’un nouveau au lycée, Win, fils du nouveau procureur adjoint.. Au début de l’histoire, Anya rompt avec son petit ami Gable, qui va être empoisonné peu de temps après par du chocolat qu’Anya lui avait donné. Soupçonnée de tentative de meurtre, on va suivre Anya dans ses soucis de tous les jours (aider Scarlet à attirer l’attention de Win, gérer son frère qui se rapproche des mafieux de sa famille, s’occuper de sa petite soeur…), qu’elle va devoir gérer en plus de ses problèmes judiciaires. Ce n’est pas écrit sous la forme d’un journal intime, mais ça aurait pu. La plume de l’auteur est agréable et l’histoire se suit sans problème, mais l’ensemble manque de peps, de rythme. Tout est raconté sur le même ton et c’est assez monotone.

Ce que j’ai trouvé vraiment bien dans ce roman, ce sont les personnages et leur psychologie, que j’ai trouvé globalement bien dessinés, bien pensés, avec des réactions assez crédibles pour la plupart (je mets mon veto sur les Balanchine mafieux pour ce point). Anya est réfléchie, posée, mais peut parfois s’énerver; elle fait des concessions pour ses amis, et sait reconnaître quand elle a tort. Je l’ai vraiment appréciée, pas comme toutes ces héroïnes têtes brûlées qui n’en font qu’à leur tête qu’on rencontre trop souvent. Sa soeur et son frère sont aussi attachants, mais les autres personnages ne sont pas en reste.

En bref, si l’auteur s’est un peu éparpillée entre tous les éléments de son intrigue et que ça manque de rythme, je trouve les personnages intéressants et le contexte encore plus. Je lirai la suite, en espérant que les défauts de ce tome y seront gommés.

En résuméImage5

10 réflexions au sujet de « La mafia du chocolat – Gabrielle Zevin »

  1. Je suis vraiment tombée amoureuse de ces personnages, de leur diversité, de leur histoire, et je n’ai pas trouvé cela monotone du tout 🙂 Pour la suite, elle est… différente ! Je te laisse découvrir !

  2. Bah en fait, moi la couverture ne m’attire pas du tout, lol! Je l’a trouve beaucoup trop enfantine. En plus du au cœur en chocolat j’aurai cru que l’histoire serait purement une histoire romantique. Mais bon, l’histoire a l’air pas mal. Et puis le contexte est interessant! En plus l’heroine a l’air sympathique. Pour une fois, une heroine reflechie et logique!

  3. Bon finalement j’ai ma réponse lol bon je suis d’accord avec toi sur certains points, j’espère tout de même que la site de satisfera pour ma part j’ai tout aimé et j’attends même le 3 ème qui n’arrivera sûrement jamais :))

    • je pense quand même lire le 2 mais bon, ce n’est pas une priorité 🙂 quelques mois après ma lecture il ne me reste pas beaucoup de souvenirs, à part ceux d’une lecture assez plate et tiède! mais tant mieux si toi tu as apprécié 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *