Enoch (La voie des oracles, tome 2) – Estelle Faye

la voie des oracles 2

Synopsis

Poursuivis par les hommes d’Aedon, Thya, Enoch et Aylus fuient dans les terres barbares… Sur les routes, les trois acolytes vont découvrir un monde très divers, coloré, fabuleux, où des magies et des mystiques plusieurs fois centenaires côtoient des aspirations farouches à la liberté. Un monde plus vaste et plus étrange que tout ce qu’ils auraient pu imaginer. Au cours de ce nouveau voyage, Thya et Enoch vont à nouveau être mis à l’épreuve, et se révéler, ou se perdre…. Avec, en fond, la menace grandissante d’Aedon, soutenu cette fois par un nouvel allié surnaturel…

image9 bis

Mon avis:

Dans la même veine que le premier tome, ce second volume de La voie des oracles confirme les impressions que j’avais eu en lisant Thya. A nouveau, la couverture est vraiment super belle (j’ai une petite préférence pour les couleurs chaudes de la première, mais j’adore quand même ^^) et j’aime le fait qu’elle se prolonge à l’arrière du livre avec l’image d’un faune.

Ensuite, concernant le roman en lui-même, on retrouve l’univers qui faisait toute la force du premier, avec un empire romain sur le déclin (et puis, cette fois, il y a une carte avec les noms antiques pour qu’on puisse s’y retrouver un peu, merci à l’auteur et aux éditeurs! ça manquait vraiment dans le premier tome) et des anciens dieux païens qui luttent contre l’oubli provoqué par la montée du christianisme. J’ai eu le sentiment que ces fameux dieux prenaient plus de place ici que dans Thya, et ça m’a plu, je trouve cette mythologie vraiment fascinante et j’aime beaucoup suivre en parallèle ces intrigues de l’ombre, avec les complots et manigances des anciens dieux. Je trouve ça très bien trouvé et rafraîchissant dans ce type de littérature ^^. C’est vraiment le point fort du récit pour moi. J’ai eu un mini-coup de coeur pour le personnage du Sylvain, qui sert plus ou moins de mascotte à Thya, Enoch et Aylus, je le trouve super mignon 🙂

Par contre, je dois bien avouer que je ne me souvenais plus de la fin du premier tome et j’ai eu franchement du mal à me replonger dans l’histoire. Par exemple, je me souvenais à peine d’Aylus et de ses rapports avec Thya et Enoch. Il m’a bien fallu une centaine de pages pour me sentir plus à l’aise avec eux… mais malgré tout, je n’arrive pas à me sentir proche d’eux, je ressens une certaine distance et je ne suis pas attachée à eux. Thya me laisse complètement froide (c’est le personnage principal donc c’est quand même dommage), et Enoch ne m’a pas autant plu dans ce tome-ci que dans le précédent.

L’intrigue est plus riche et plus dense que dans le premier tome, et nous fait plus voyager. Dans Thya, on restait en Gaule pendant tout le livre. Ici, le périple des personnages part de la Germanie pour aller jusque dans le désert Sassanide et au-delà (pratiquement jusqu’à la Chine actuelle), on découvre de nouvelles ethnies et des nouvelles cultures antiques, on sent que l’histoire prend de l’ampleur. Les personnages passent la première partie du livre ensemble, mais vont être séparés ensuite, et on va suivre leurs aventures en parallèle. On alterne aussi avec le personnage d’Aedon, qui s’allie dès le début du roman avec une déesse païenne, Hécate (qui lui promet monts et merveille en échange de sa soeur), et avec les personnages mythologiques du premier tome (le faune, Culsans…). C’est donc un tome plus fouillé, à la fois en termes d’intrigue et en termes de mythologie.

Dans le premier tome, j’avais du mal à saisir les enjeux. Thya s’enfuyait après que son frère ait tenté d’assassiner leur père et passait tout le roman à fuir Aedon. Ici, dès le début, leur père meurt pour de bon (sans que Thya le sache, à priori), mais Thya continue sa fuite, et je ne comprends toujours pas bien ce que son frère lui veut. L’introduction du personnage d’Hécate donne un nouveau souffle à ces enjeux, on comprend qu’Aedon est manipulé pour retrouver sa soeur, mais il voulait déjà la retrouver avant de rencontrer Hécate, et la raison n’est pas bien claire pour moi. Je trouve que les bases de l’intrigue sont branlantes. Les personnages passent leur temps à se fuir, et pendant leurs aventures il leur arrive plein de choses qui justifient leur avancée, mais au final, pourquoi fuient-ils à la base?

En bref, une saga fantastique qui sort de l’ordinaire avec un contexte historique et mythologique fort et intriguant, mais avec des lacunes au niveau de l’intrigue et des personnages. Je la conseille tout de même, la mythologie prenant le pas sur les défauts pour moi 🙂

En résumé: Image5

2 réflexions au sujet de « Enoch (La voie des oracles, tome 2) – Estelle Faye »

  1. Bonjour,
    Je me demande si cette saga n’est pas à dispo à ma médiathèque ! Faudra que je regarde car de lire ta chronique, cela me donne envie de connaitre l’histoire. Bon après, faut juste que je fasse des journées de 48 heures pour pouvoir assouvir ma passion de la lecture ! lol
    A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *