Les ailes d’émeraude – Alexiane De Lys

les ailes d'émeraude

Synopsis:

À 18 ans, Cassiopée est contrainte de quitter l’orphelinat dans lequel elle vit depuis ses 6 ans. Seule au monde, l’adolescente est lâchée dans la ville. Alors qu’elle vient de se faire violemment agresser par deux inconnus, elle fait la connaissance du mystérieux et séduisant Gabriel. Grâce à lui, Cassiopée découvre sa véritable nature : elle fait partie des Myrmes, un peuple ailé doté d’incroyables pouvoirs sensoriels…

image9 bis

Mon avis:

Ca faisait plusieurs mois que j’étais très intriguée par ce roman – par l’histoire d’abord, mais surtout à cause de la jeunesse de l’auteur (20 ans au moment de la publication du livre, qui fait 700 pages). J’ai longtemps hésité à l’acheter, car les livres YA trop « jeunesse » ne m’embarquent pas et j’avais peur que ça soit le cas pour celui-ci. Et puis, comme je le regardais à chaque fois que je passais devant, j’ai quand même craqué (*pas taper*). Finalement, je suis assez mitigée, même si mon ressenti global est plutôt positif.

Là où je salue l’auteur, c’est pour l’originalité du peuple qu’elle a créé. Enfin, du fantastique qui nous sort des habituels vampires / loup-garous / sorcières / extra-terrestres / anges (faites votre choix). C’est très rafraîchissant de lire autre chose, et en 700 pages, elle a eu le temps de se pencher sur beaucoup d’aspects de la vie des Myrmes, et c’est vraiment novateur et intéressant. J’ai vraiment apprécié de me retrouver plongée dans cette communauté qui vit un peu hors du temps, au milieu de tous ces gens ailés (je me suis imaginé leur village comme une sorte de Pré-au-Lard enneigé ^^). Et puis, à part peu être les 100 premières pages qui sont un peu longuettes, on ne s’ennuie pas, il se passe toujours quelque chose. Je dois avouer que l’enseignement des Myrmes m’a laissée pantoise: d’abord ils droguent des gens qui n’ont rien demandé pour les amener chez eux, et leur donnent des cours à la limite de la maltraitance (mais pourquoi comme ça?! il doit y avoir bien d’autres façons d’enseigner…), sans que personne n’ait l’air de trouve ça anormal. Bon, c’est sûr, ça donne un côté piquant au récit, et quelques scènes d’action supplémentaires…

Ce qui m’emballe moins, c’est qu‘en dehors du peuple en lui-même, l’intrigue n’est pas des plus originales. Une orpheline qui va découvrir que son destin n’est pas celui qu’elle croyait; un roman initiatique ou l’héroïne va apprendre tout un tas de choses sur sa nouvelle condition; les capacités hors du commun de l’héroïne, qui est bien entendu plus forte que tous les autres; un super-beau-gosse et un autre beau-gosse qui vont tourner autour d’elle alors qu’elle se trouve quelconque (on aimerait bien que ça arrive en vrai, ça…); des gentils et des méchants; une ou deux trahisons et révélations sur le passé de l’héroïne pour corser un peu l’affaire… Beaucoup d’éléments sentent le réchauffé. Bon, après, ça n’empêche pas du tout d’apprécier l’histoire, j’en ai lu plein d’autres qui reprennent les mêmes éléments et que j’ai apprécié malgré tout, c’est juste que ce n’est pas très surprenant.

Le gros point noir du livre pour moi, c’est le style. L’auteur est très jeune et le livre est visiblement destiné à un public encore plus jeune (je dirais collège)… Mes craintes étaient donc fondées ^^. Les dialogues surtout (mais pas que, le reste du texte aussi) sont écrits « comme on parle »: il n’y a aucun travail d’adaptation entre la langue vraiment parlée oralement et ce qu’on peut écrire dans un livre, et le peu de fois où on voit un effort de ce côté-là, ça sonne faux (par exemple, dire « cela » au lieu de « ça », je trouve ça (cela?) très artificiel). Du coup, pendant toute ma lecture, si j’appréciais globalement l’histoire, je trouvais l’écriture niaise et ça m’a vraiment dérangée (je sais que je l’ai déjà dit, mais ce n’est pas forcément le cas en YA… on peut écrire un livre destiné à la jeunesse sans que ça soit écrit comme ça). Quant aux personnages, Gabriel est l’archétype du beau mec qu’on retrouve dans TOUTES les romances fantastiques YA, et Cassiopée me laisse perplexe: parfois c’est une battante qui ne se laisse pas faire, parfois elle a des réactions d’une immaturité hallucinante pour son âge et elle mériterait des baffes. Elle manque cruellement de réflexion et de jugeote par moments…

Dernier détail, je n’accroche pas avec la couverture. Je trouve la coupe de cheveux mal faite (pourtant j’aime les carrés plongeants), les ailes sont représentées de dos alors que le personnage est de trois-quart (ça fait un drôle d’effet), et puis l’ensemble donne vraiment plus l’impression d’un brouillon, ça fait « cheap« … j’aurais presque pu faire la même chose, c’est dommage.

La fin du livre est très ouverte et appelle à une suite, que l’auteur est en train d’écrire. Je le lirai par curiosité, mais ça n’a pas du tout été un coup de coeur comme pour beaucoup d’autres lectrices. L’univers créé par l’auteur est franchement novateur, et l’intrigue est riche en rebondissements, mais le reste manque d’originalité et j’ai vraiment eu du mal avec la façon d’écrire d’Alexiane De Lys (qui s’améliorera sûrement au fil du temps… Rappellons qu’elle n’a que 21 ans).

En résuméImage4

17 réflexions au sujet de « Les ailes d’émeraude – Alexiane De Lys »

  1. Je suis contente de pouvoir lire ta chronique sur ce livre ! Mon avis rejoint assez souvent le tien sur plusieurs points.

    Le plus intéressant dans ce bouquin, il est vrai, c’est l’univers féérique avec ces deux peuples de Myrmes opposés et ennemis.
    J’ai été tellement emportée dans l’histoire que les points que tu cites (« éléments qui sentent le réchauffé », le manque de surprise, etc.) ne m’ont pas tant marquée… même si je le ressentais à certains moments. Mais il est clair en y repensant que la manière dont s’y prennent les Myrmes pour ammener et entraîner les nouvelles recrues est totalement invraisemblable.

    Concernant le style je suis moins d’accord avec toi. Je trouve que l’auteure a fait des efforts de style, comme l’utilisation régulière de sarcasme et d’ironie. Peut-être que le style t’a semblé niais et pauvre à cause du personnage principal et également narrateur qui est elle parfois casse-pieds ? Et les nombreuses références à des artistes/ autres français ne t’ont pas dérangé ?

    • Effectivement il y a du sarcasme et de l’ironie, mais je n’ai pas trouvé ça bien écrit pour autant :/ Je n’ai d’ailleurs pas du tout été sensible à l’humour utilisé, je le trouvais (encore une fois)trop puéril pour moi, et mal amené. Bref, c’est tombé a côté pour moi ^^ » mais c’est un ressenti très personnel,j’ai l’impression d’être une des rares à n’avoir pas eu un coup de Coeur… C’est plus le vocabulaire et la façon dont les phrases sont tournées qui me dérangent.

      Le personnage principal peut tout a fait être puéril sans que l’écriture soit puérile également – mais la pour moi c’était a la fois l’héroïne et le style ^^ (j’ai l’impression de parler comme une vieille alors que je ne le suis pas tant que ça lol)

      Pour les références encore une fois elles sont mal amenées pour moi. Je préfère quand c’est plus subtil, par exemple qu’on mentionne un perso d’un film sans donner le titre du film. Là, les titres sont toujours donnés, c’est un peu trop « gros » pour moi – même si pour le coup je connaissais toutes les références et que du coup j’étais contente ^^

      Bon encore une fois ce n’est que mon humble ressenti, et tant mieux si tu n’as pas eu le même a la lecture ^^ merci pour ton avis en tout cas ^^

      • Ça arrive, on ne peut pas toujours avoir un coup de cœur pour tout !
        Les références m’ont vraiment gênée : trop nombreuses, mal amenées comme tu dis et puis, mettre des références françaises dans un récit qui se déroule aux USA, je trouve pas ça très logique….

        En tout cas, c’est toujours agréable de pouvoir discuter d’une lecture et d’avoir un point de vue et un ressenti différent ! 🙂

        • Ah, pour les références françaises étranges dans un bouquin se déroulant aux États-Unis je suis complètement d’accord!

          (D’ailleurs, je me demande bien pourquoi l’auteur a écrit une histoire se déroulant là-bas plutôt qu’en France ^^)

  2. ahah ! Merci ! Je me suis bien retrouvée dans ta chronique !
    Surtout dans le paragraphe où tu parle des points négatifs. Le style d’écriture est pas encore très abouti, du coup je pense que dans les suivants ça ne peut qu’évoluer en mieux. Ce n’est toutefois pas ça (ou cela, comme dirait l’autre ^^) qui me les fera lire.

  3. Mouais mouais… tout d’un coup je suis beaucoup tentée! C’est vrai que l’auteure est quand même jeune mais bon, un style pareil j’aurais sans doute du mal à adhérer… On verra peut être un jour, si j’ai l’occasion de le lire ^^ (en tout cas, je suis comme toi je n’aime pas du tout cette coupe de cheveux xD si mon coiffeur me faisait ça, elle le regretterait!)

  4. Bonjour Miss,
    Voici un livre que je m’étais promis de lire durant mes vacances, mais voilà ma jeune cousine YA, a décidé de partir avec et bien évidemment elle ne l’a pas rendu, Rhhh !!! Bon je lui pardonne car je lui ai prêté également les deux premiers tomes d’AFTER. Mais moi, je ne l’ai pas lu !!! Et maintenant après avoir lu ta chronique, je pense que le livre va rester un peu plus de temps dans ma PAL. Merci, je reviendrai vers toi une fois ma lecture faite 😉

  5. Ping : L’exil (Les ailes d’émeraude, tome 2) – Alexiane De Lys | Les chroniques de Totoro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *