La malédiction d’Old Haven – Fabrice Colin

la malédiction d'old haven

Synopsis: 

1723, Gotham. Mary Wickford, jeune orpheline à la beauté flamboyante, quitte le couvent et les soeurs qui l’ont recueillie dix-sept ans plus tôt. En route vers l’est, la jeune fille s’arrête dans le vieux village d’Old Haven où règne une atmosphère lourde de secrets. Sans jamais être venue, elle connaît ces paysages de brumes et de ténèbres… C’est ici que fut brûlée vive, jadis, une sorcière du nom de Lisbeth Wickford…

image9 bis

Mon avis:

Je ne sais pas trop quoi penser de ce roman, qui avait tout pour me plaire et qui finalement ne m’a pas emballée plus que ça.

Déjà, parlons de la couverture. Je ne l’aime pas du tout ^^ ça fait beaucoup trop « cheap » pour moi, les couleurs sont trop criardes, la fille trop belle (je suis sûre que les femmes au XVIIIème siècle n’avaient pas des cheveux comme ça, on dirait une pub de shampooing…!), je trouve que ça ne retranscrit pas du tout l’ambiance du bouquin. Bon, après, heureusement qu’on ne s’arrête pas aux couvertures ^^, mais c’est vrai que ce n’est pas ça qui m’avait donné envie de lire le livre!

Ensuite, au niveau du style, on est dans quelque chose que je n’attendais pas du tout. Je pensais lire une histoire tendance fantastique dans un contexte historique (XVIIIème siècle aux Etats Unis), mais finalement, ce n’est pas vraiment un contexte historique, plutôt un passé alternatif, ressemblant fort au nôtre, mais dans lequel on retrouve aussi des éléments de steampunk (les chats mécaniques par exemple), des dragons, des pirates, de la sorcellerie, un Empereur et un monde de créatures souterraines (les « Dolomites »). Bref, un mélange de genre assez bien dosé, qui m’a bien plu. La mythologie développée par l’auteur est vraiment intéressante et m’a beaucoup intirguée.

On est dans un univers vraiment riche, qui aurait pu être développé en plusieurs tomes (d’ailleurs, il y a une suite, mais vu que les critiques ne sont pas top et que je n’ai pas accroché à celui-ci, je ne pense pas la lire, surtout que Mary ne sera plus le personnage principal), et qui est vraiment le gros point positif du roman pour moi. On découvre aussi le récit de Lisbeth par l’intermédiaire d’une sorte de journal et j’ai trouvé ces passages très intéressants.

La plume de l’auteur est fluide, je l’ai trouvée d’ailleurs beaucoup plus adulte que dans l’autre livre que j’avais lu de lui (49 jours) et ce n’est pas pour moi un livre jeunesse. Pourtant, malgré ces points positifs, je n’ai pas réussi à accrocher à cette lecture, que j’ai mis longtemps à finir. Quand je ne lisais pas, je n’attendais pas fébrilement le moment où j’allais pouvoir le rouvrir, comme c’est souvent le cas quand j’accroche bien à un bouquin. Il y a beaucoup de personnages et leur nombre a empêché l’auteur de se pencher vraiment sur chacun, aucun n’est développé , c’est dommage. J’ai trouvé le comportement de Mary avec Usher franchement décevant, c’est d’ailleurs le seul personnage qui a éveillé un peu mon intérêt (avec la vieille servante Priscilla).

En bref, une lecture en demi teinte, avec beaucoup d’éléments qui auraient dû me plaire mais je n’ai finalement pas trop accroché…

En résumé: Image4

Une réflexion au sujet de « La malédiction d’Old Haven – Fabrice Colin »

  1. Ping : Dentelle et Nécromancie (Victorian fantasy, tome 1) – Georgia Caldera | Les chroniques de Totoro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *