Plasma – Jac Barron

plasma

Résumé:

Des individus, sans aucun lien, sont retrouvés morts dans un état totalement inexplicable. Comme s’ils avaient implosé, comme si leurs entrailles avaient pris feu, comme  si les coups étaient venus de l’intérieur. Maladie fulgurante? Meurtres en série? Les flics Lisa gaspini et Richard Norias vont s’investir plus que de raison pour trouver l’origine de pareilles atrocités. Une enquête qui leur fera croiser la route du pisteur déprimé Franck Marshall, du psy perdu Marc Dru et de l’inspecteur à la retraire Serge Millern un an après le débouement d’une affaire dont ils ne se sont pas remis. Une affaire qui va de nouveau leur exploser à la figure. Car rien n’est jamais vraiment fini…

 image9 bis

Mon avis:

Je ne sais pas trop quoi penser de cette lecture. J’avais été globalement emballée par le premier tome, malgré quelques éléments plutôt négatifs, mais là, je le suis moins, alors qu’il y a des éléments positifs.

Le premier tome était, pour le coup, très orienté psychologie des personnages (le livre est tout de même vendu comme un thriller « psychique »). Ici, j’ai moins eu cette sensation d’analyse constante des comportements, qui était limite trop présente dans le tome 1 (ça prenait presque le pas sur l’intrigue), mais là, c’est mieux dosé. Pour autant, je ne suis pas sûre d’adhérer aux propos de l’auteur (et/ou de ses personnages): on a l’impression que pour lui, une personne, ses choix et ses actions ne se résument qu’à notre rapport à notre propre sexualité, nos déviances (sexuelles toujours) et nos frustrations, je trouve ça très réducteur. Pour moi, nous sommes plus complexes que ça…

Au niveau de l’histoire à proprement parler, j’ai préféré l’intrigue de ce second tome, les victimes ont plus attisé ma curiosité, en tout cas au début. Après, au final, le livre s’enlise dans une pseudo-enquête-dans-laquelle-tout-trouve-son-sens-suite-aux-explications-des-méchants-du-tome-1 très longue, durant laquelle on a pas de nouvelles victimes et peu de nouveaux éléments…

Sur la fin de l’histoire, l’auteur a pris le parti d’orienter son intrigue autour de science-fiction, et ça m’a bien plu. J’ai trouvé que ça donnait un peu d’air à l’ensemble, parce que c’est très dense, très noir, et qu’il ne semble pas y avoir la moindre parcelle d’espoir dans ce monde décrit par Jac Barron. Dès qu’on pense avoir trouvé une porte de sortie, on retombe dans l’horreur deux pages plus loin. L’aspect science-fiction permet d’alléger un peu tout ça.

J’avais déjà eu un vague sentiment de fouillis en lisant le tome 1, mais là, cette impression s’est vraiment renforcée. A force de multiplier les points de vue et les explications, on s’y perd un peu; il est évident que le travail de recherche effectué par l’auteur est conséquent mais j’ai eu l’impression qu’il voulait trop en dire, développer trop d’idées, et qu’au final tout ne peut pas rentrer dans une seule histoire… le résultat m’a donné l’impression d’un truc complètement invraisemblable. Les personnages de cette trilogie cumulent toutes les tares du monde, toutes les merdes, à un moment, ce n’est juste plus crédible.. il faut savoir s’arrêter dans l’horreur. 

En résumé, si on sent un travail conséquent de la part de l’auteur, j’ai trouvé ce livre « trop ». Il part dans tous les sens. L’idée d’amener une dimension science-fiction était bonne mais au final, ça ne fait qu’ajouter un délire à beaucoup d’autres et l’ensemble ne semble absolument pas crédible – heureusement d’ailleurs, parce que vu les horreurs racontées, il vaut mieux que ça reste un bouquin…

En résumé: Image1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *