Je tue – Giorgio Faletti

je tue

Résumé

Lors d’une de ses émissions nocturnes en direct, Jean-Loup Verdier, animateur vedette de Radio Monte-Carlo, reçoit un étrange appel. D’une voix plate et sans timbre, un inconnu confie qu’il apaise sa folie par le meurtre.  » Je tue… « , lance-t-il, avant de faire entendre quelques mesures de musique et de raccrocher. Cet aveu passe pour une blague de mauvais goût. Mais dès le lendemain, un célèbre pilote de Formule 1 et sa petite amie, fille d’un général, sont sauvagement assassinés sur leur yacht. Ce n’est que le premier épisode d’une série de meurtres particulièrement atroces, que vient invariablement rythmer cette petite phrase :  » Je tue… « .

image9 bis

Mon avis:

J’avais lu ce thriller à sa sortie en 2004, je l’avais trouvé génial, et puis j’ai eu le malheur de le prêter à quelqu’un (impossible de me souvenir qui) et je ne l’ai jamais revu (le coup classique). Ce n’est pas un livre très connu mais c’est dommage, je le trouve vraiment bon et il m’avait fait vraiment forte impression à l’époque. Du coup, quand j’ai vu il y a quelques mois qu’il avait été réédité, je l’ai racheté 🙂

L’histoire démarre assez vite et alterne les passages entre le tueur, Jean-Loup (l’animateur radio à qui sont adressés les messages), et Franck (un policier traumatisé par la mort de sa femme qui va enquêter sur l’affaire). Je ne suis pas forcément fan des passages concernant les tueurs dans la plupart des thrillers que je lis, mais ici, je les ai trouvé bien amenés et affûtant le suspense. Franck est intéressant,(surtout dans les passages qui concernent la maladie et la mort de sa femme) mais ses histoires avec le général sont superflues pour moi. Jean-Loup est très attachant, il paraît un peu immature, mais il est très doux et j’ai apprécié d’avoir un aperçu du monde de la radio, que je ne connais pas du tout.

L’enquête m’a fascinée, et la révélation de l’identité du tueur et de son histoire également. Au départ, j’ai trouvé qu’on connaissait trop vite cette fameuse identité (150 pages avant la fin), je me disais « maintenant qu’on sait qui tue, il n’y a plus d’histoire, donc c’est un fake, en fait c’est quelqu’un d’autre » mais en fait non ^^ les 150 dernières pages ont cependant leur utilité et concluent bien cette histoire.

Pour moi, c’est un must read 🙂

En résumé:  Image7

3 réflexions au sujet de « Je tue – Giorgio Faletti »

  1. Ping : La ligne noire – Jean-Christophe Grangé | Les chroniques de Totoro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *