Quintessence (Les larmes rouges, tome 3) – Georgia Caldera

les larmes rouges 3

Synopsis:

« La clé du pouvoir se cache dans le sang ». Alors que la relation d’Henri et Cornélia connaissait enfin une accalmie après les épreuves, l’arrivée surprise d’un fantôme du passé fait voler en éclats toutes leurs certitudes. Ces retrouvailles peuvent-elles être encore plus dangereuses que le Roi Sombre lui-même ?

 image9 bis

Mon avis:

J’avais lu le premier tome pendant un dimanche après-midi de janvier, au fond de ma couette. Je l’avais littéralement dévoré. Le tome 2 était sorti deux mois plus tard, donc il n’y avait pas trop d’attente (encore que…), et j’avais été un poil déçue par la relation conflictuelle permanente d’Henri et Cornélia (même si le livre était quand même très bon ^^).Du coup, un an plus tard, je piétinais d’impatience depuis des semaines avant la sortie du tome 3 (qui n’est même pas encore sorti en fait… ;-)), jusqu’au moment où j’ai vu qu’il sortait en avant-première au Salon du Livre à Paris! (Moi qui vient de déménager à Paris, et qui suis très loin de m’en réjouir, c’est la première fois que je suis contente d’y être ;-))… Ni une ni deux, billets pour le Salon achetés exprès pour ça, je me suis ruée sur ce troisième tome, et je l’ai encore une fois dévoré en 24 heures…(petit regret: ne pas avoir eu de dédicace car beaucoup trop d’attente du côté de chez Georgia Caldera :'( mais bon, j’ai le livre, c’était un peu mon Graal ce mois-ci, je suis trop contente de l’avoir avant sa sortie officielle! Allez, j’arrête mon bla-bla de groupie :), place à la chronique)

S’il reste un poil en dessous du premier tome pour moi (probablement parce que l’effet de découverte n’y est plus), j’ai trouvé ce troisième tome bien meilleur que le second, et j’en suis ravie! L’auteur ne s’arrête plus, il n’y a pas de temps mort, on sent que tout a été pensé dès le départ pour un final en apothéose. Tout ce qui a été mis en place et/ou évoqué dans les deux tomes précédents prend son sens ici. Si Réminiscences était axé autour du passé de Cornélia, Déliquescence permettait d’en savoir plus sur le passé d’Henri; ici, c’est sur Avoriel que s’est concentrée Georgia Caldera, et elle s’y prend tellement bien qu’on arrive à s’attacher à lui, à lui trouver des excuses et à ne plus vouloir qu’il meure! J’adore ce procédé de flash-backs qu’a utilisé l’auteure dans les 3 tomes de la saga, ça donne une profondeur à l’intrigue, comme on en lit très peu!

Le personnage de Cornélia a considérablement mûri dans ce dernier tome. Dans le premier, elle apparaissait naïve, inexpérimentée, plutôt faible en somme. Dans le second, je trouvais qu’elle se comportait comme une adolescente capricieuse et irréfléchie; désormais, elle est plus mature, pèse les conséquences que vont avoir ses décisions, assume ses choix, c’est beaucoup plus agréable. Henri, de son côté, ne change pas (mais vu la nature du personnage, ce n’est pas étonnant ^^). Son côté froid m’empêche de fantasmer sur lui comme ça peut être le cas avec les héros d’autres sagas, mais ça n’est pas gênant, au moins, je le laisse à Cornélia ;-).

Le « fantôme du passé », pour qui aura lu les deux premiers tomes, n’est pas une grosse surprise. Il y a beaucoup d’éléments dans le début de la saga qui laissaient entendre ce rebondissement, et si ça n’avait pas été lui, je crois que j’aurais été déçue. Par contre, j’aurais cru m’attacher plus à lui que ça; il est finalement assez peu présent, et l’intrigue tourne plus autour d’Avoriel. Je crois que j’aurais bien aimé une fin à la « Cornélia-part-avec-lui-et-largue-Henri », mais le livre aurait probablement plus été orienté romance et finalement, ce n’est pas plus mal que ça ne soit pas le cas. Petit regret pour Séraphin, introduit en fanfare dans le tome 2 et qui a finalement un rôle mineur, j’aurais aimé en savoir plus sur lui.

En bref, une saga fantastique absolument excellente, qui mêle les thèmes des vampires, de l’immortalité et des vies antérieures avec brio. C’est noir, l’ambiance est gothique à souhait, l’atmosphère parfaitement rendue, il y a du sexe (pas comme dans ces fantastiques YA très prudes), du sang, des horreurs, des belles robes, des vieux châteaux, et même un petit détour en Ecosse à la fin ;-)… que du bonheur, et quel dommage que ça soit déjà fini!! J’espère que Georgia Caldera a d’autres histoires du même genre dans sa manche!

En résumé: Image7

2 réflexions au sujet de « Quintessence (Les larmes rouges, tome 3) – Georgia Caldera »

  1. Je l’ai acheté il y a peu. J’espère le lire cet hiver, histoire de finir une saga ! En tout cas ça me change des autres romans fantastiques que je lis d’habitude, par le côté très sombre et gothique. C’est plutôt chouette !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *