Traqué (tome 1) – Andrew Fukuda

traqué

Résumé:

Gene est l’un des derniers humains sur Terre. Son seul moyen de survie : se faire passer pour l’un de ses prédateurs. Ne pas rire, ne pas transpirer, ne pas montrer qu’il est un « homiféré ». Cela fait dix-sept ans qu’il se fond parmi ceux qui n’hésiteraient pas à le tuer s’ils découvraient sa véritable nature. Chaque décennie, le gouvernement organise un immense jeu où une poignée de privilégiés peuvent pister et dévorer les rares humains retenus en captivité pour l’évènement. Sélectionné pour traquer les siens, Gene ne peut commettre le moindre faux pas. D’autant qu’une mystérieuse fille éveille en lui des sentiments qu’il n’a pas le droit d’avoir. Des sentiments qui pourraient le trahir.
Gene a la rage de vivre… mais vaut-elle le prix de son humanité ?

 image9 bis

Mon avis:

Malgré les avis très mitigés que j’ai lu sur ce tome, je fais partie de ceux qui ont apprécié l’histoire. C’est d’ailleurs difficile de la classer dans une catégorie particulière, car elle tient à la fois du fantastique, de la dystopie et du post-apocalyptique. Je l’ai rangé en dystopie, pour l’aspect de ‘contrôle’ qui ressort (même si c’est plutôt un contrôle inhérent à la nature des créatures peuplant désormais la Terre, plutôt qu’un contrôle exercé par l’Etat,) et à cause du gouvernement que l’on devine totalitaire – sachant que l’histoire se passe sur Terre, dans un futur hypothétique dans lequel les humains ont été remplacés par des vampires (même s’ils ne sont jamais nommés).

Les créatures qui remplacent les humains sont pour moi LA bonne surprise du roman. Ce n’est pas du tout explicite (volontairement) dans le résumé et d’ailleurs le terme n’apparait jamais dans le livre, mais il s’agit de vampires, ou du moins de créatures qui en ont les caractéristiques. J’ai trouvé surprenant de découvrir cette société « vampirique » qui se considère visiblement comme une évolution de la race humaine (les « homiférés »), qui vit la nuit mais avec les mêmes codes que la notre, les sentiments et les ressentis physiques en moins.

L’histoire n’est pas des plus originales en dehors de ça, mais est très plaisante à suivre, surtout avec les tentatives de camouflage de Gene qui mettent un peu de piment aux scènes les plus banales. Son ressenti vis à vis des autres « homiférés » m’a beaucoup surprise mais en bien (le fait qu’il les considère comme des sauvages, presque des animaux), ça amène une sorte de nouveau rebondissement.

La chasse en elle-même est très courte mais l’intérêt principal du roman réside pour moi dans la vie sous couverture de Gene et de voir comment il réussit à survivre sans se faire prendre. La traque ne fait qu’ajouter un peu de suspense. Je suis curieuse de lire la suite!

 En résuméImage5

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *