Pour tes lèvres (La trilogie italienne, tome 2) – Irene Cao

pour tes lèvres

Synopsis:

Elena a tourné la page. Sa passion dévorante pour Leonardo, qui l’a initiée aux plaisirs des sens, est maintenant derrière elle. Elle a choisi Filippo : pour lui, elle a quitté Venise et est venue s’installer à Rome. Mais rien ne sert de lutter contre le destin. Pour ses trente ans, Filippo invite Elena au restaurant. Au moment du dessert, elle découvre, parsemés sur son assiette, des grains de grenade… Le fruit de Leonardo. L’homme qui l’a tant hantée est là, et la désire plus que jamais. Pour Elena, une fois de plus, tout bascule. Mais ce qu’elle ignore, c’est que se dresse entre eux le secret le plus inavouable de Leonardo…

image9 bis

Mon avis:

Un poil en dessous du premier tome, peut-être parce que l’effet de surprise n’est plus là, mais ça reste une lecture très plaisante.

L’histoire se passe désormais à Rome, où Elena a emménagé avec Filippo. Rien à faire: elle n’arrive pas à oublier Leonardo. Et bien sûr (« sinon, c’est pas drôle ») il réapparait très vite.

L’auteur décrit ses personnages masculins de telle façon qu’on ne peut vraiment prendre parti. Il semble évident que Filippo a tout du mec parfait en apparence, mais qu’il n’a aucun piment et qu’à la longue, on doit s’emmerder avec lui (un peu comme le personnage d’Andrew Lincoln dans L’Arnacoeur…). Leonardo, quant à lui, c’est une espèce de bellâtre incroyablement arrogant et sûr de lui, bourré de charisme et de sexytude certes, mais sans aucune attache.

Au final, j’en suis arrivée à comprendre les tergiversations d’Elena: ce qu’il lui faut, c’est un troisième choix ^^ ses changements d’avis (ou plutôt ses tentatives pour s’auto-convaincre que ses choix sont les bons) rythment le livre mais ne m’ont pas génée, contrairement à d’autres. Je comprends qu’elle hésite. (En revanche, je ne cautionne pas du tout qu’elle couche avec Leonardo en mentant à Filippo). La grande révélation de Leonardo ne m’a pas particulièrement touchée, pour moi, ça n’explique pas tout son comportement; mais au moins, ça me semble un peu plus crédible que les passés incroyablement torturés d’un Christian Grey ou d’un Gideon Cross.

Petit coup de gueule contre les personnages des « amis excentriques » dans ce genre de romans. Le personnage principal est toujours plus ou moins coincé avec un ami complètement extraverti (ici, avec Gaïa, je trouve qu’on est à la limite de l’hystérie avec elle, je n’accroche pas du tout) ou porté sur la chose, c’est agaçant!

Je ne vois pas du tout ce qui va se passer dans le tome 3 (j’ai lu le résumé et je n’imagine pas trop Elena coucher à droite à gauche, mais au moins ça change..). Hâte de le lire ^^

En résuméImage5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *